Les Suisses courtisés par les dentistes hongrois

SantéLes dentistes hongrois essaient d'attirer les clients suisses avec des prix défiant toute concurrence. Mais pas sans risques.

Les dentistes suisses doivent compter avec une concurrence croissante de leurs confrères hongrois.

Les dentistes suisses doivent compter avec une concurrence croissante de leurs confrères hongrois. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les coûts des soins dentaires en Suisse sont tellement élevés qu'ils rebutent bon nombre de patients. La situation n'a pas échappé à des dentistes hongrois, réunis au sein du collectif «Dental Europe».

Ces derniers ont lancé dernièrement une campagne de publicité sur Facebook, en promettant des frais de 50 à 70% moins cher qu'en Suisse, rapporte 20 Minuten dans son édition du 28 avril.

Des dentistes sur les dents

Quant aux dentistes, ils parlent couramment anglais, allemand ou français et se déplacent au moins une fois par mois à Zurich ou à Genève pour une consultation ou un contrôle gratuit. Il n'en fallait pas plus pour mettre la Société suisse des médecins-dentistes (SSO) sur les dents.

Elle dénonce ce genre de publicité dans sa revue Zahninfo. Ces promotions ont été remarquées à Genève, reconnaît Marco Tackenberg, porte-parole de la SSO, qui met en garde contre les nombreux risques de ces traitements bon marché.

Trop de traitements inutiles?

«Beaucoup de patients se disent surpris des coûts supplémentaires à l'étranger», explique-t-il. Les devis sont facturés et sans un second avis, le risque du traitement inutile est conséquent. Par ailleurs, les dentistes hongrois n'appliquent pas les tarifs locaux pour les patients suisses qui ont droit à des prix multipliés par trois ou quatre.

La compétence des dentistes hongrois n'est pas mise en doute «mais la qualité en souffre quand même car le traitement doit être exécuté en très peu de temps», ajoute le porte-parole.

Ce problème s'est accru avec les accords bilatéraux. «N'importe quel citoyen européen peut venir en Suisse pour y travailler 90 jours sans autorisation. Ce qui pousse des praticiens étrangers à s'établir brièvement mais ils ne sont plus disponibles ensuite en cas de complications», met en garde Marco Tackenberg. L'Office fédéral de la Santé publique a été averti du problème.

Pas de prix hongrois pour les Suisses

«Dental Europe» réfute les critiques de la SSO. «Pourquoi devrions nous renoncer à faire du profit? Parce que nous venons de Hongrie?», réagit la conseillère Alexandra Füle. Le groupe est actif en Suisse depuis une dizaine d'années et traite chaque mois près de 60 patients suisses.

«Nos dentistes ne disparaissent pas et reviennent toutes les deux semaines pour des contrôles après traitement», ajoute Alexandra Füle, qui confirme toutefois la différence de prix avec les patients hongrois. «Nous devons financer la consultation gratuite et les cabinets en Suisse.»

Des traitements comme une couronne sur un implant nécessite ainsi un deuxième rendez-vous. Quant aux soins accélérés, ils sont souvent demandés par les clients suisses. «C'est pour cette raison que nous le faisons le plus souvent en une seule fois car cela répond à un souhait de notre clientèle.»

Créé: 28.04.2016, 09h04

Articles en relation

Le «dentiste de l'horreur» prend huit ans de prison

France Le Néerlandais Mark Van Nierop avait mutilé des dizaines de patients en France. Plus...

Un «faux dentiste» condamné à 4 ans et demi de prison

Bienne Le tribunal a reconnu un ressortissant suisse de 53 ans coupable de lésions corporelles graves, de lésions corporelles simples et d'escroquerie par métier. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.