Près de 100'000 manifestants défilent à Berne

ClimatLa capitale a accueilli des milliers de personnes venues pour la manifestation nationale pour le climat.

Alors que vendredi, les jeunes étaient majoritaires dans les cortèges, le défilé de samedi se veut multigénérationnel.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A trois semaines des élections fédérales, près de 100'000 personnes, selon les organisateurs, ont manifesté samedi à Berne pour un «Cl!mat de changement». La foule était si nombreuse qu'une partie seulement a pu se rendre sur la Place fédérale.

La police cantonale bernoise n'a pas commenté les chiffres avancés par les organisateurs. «Il est vrai que des grosses foules se déplaçaient en ville», a indiqué un porte-parole de la police.

La foule dans le centre-ville de Berne était si nombreuse qu'il était parfois impossible de se déplacer, a constaté une journaliste de Keystone-ATS. Seule une partie des dizaines de milliers de manifestants ont pu se rendre sur la Place fédérale pour participer au rassemblement final. Beaucoup d'entre eux sont restés dans les rues adjacentes.

25'000, puis 60'000

Les organisateurs, environ 80 associations, avaient dans un premier temps estimé le nombre de manifestants à 25'000. Des milliers de personnes ont pris des trains spéciaux pour Berne. Et environ 700 personnes ont pédalé jusqu'à la capitale à travers une trentaine d'itinéraires cyclistes.

Les organisateurs ont ensuite revu ce chiffre à la hausse. Ils ont annoncé 60'000 personnes, provoquant la joie des manifestants réunis sur la Place fédérale. Dans un communiqué diffusé en début de soirée, ils ont annoncé le chiffre «historique» de 100'000 participants. «Jamais auparavant en Suisse autant de personnes n'étaient descendues dans la rue pour la protection du climat,» a relevé l'Alliance climatique.

Discours sur la Place fédérale

Les manifestants ont revendiqué une politique climatique cohérente, la sortie du charbon, du pétrole et du gaz - y compris pour la place financière suisse -, ainsi qu'une justice climatique. Alors que vendredi, les jeunes étaient majoritaires dans les cortèges, le défilé de samedi était multigénérationnel.

Des concerts, des chants et des discours se sont déroulés sur la Place fédérale. «En 50 ans, les puissants ont imposé le fric. Pour faire marcher le monde et faire croire au bonheur par la consommation», a dénoncé le Prix Nobel de chimie Jacques Dubochet. Il faut changer de paradigme.

La présidente d'Unia, Vania Alleva a appelé à une transformation écosociale de l'économie et de la société. Des jeunes du mouvement de grève pour le climat et un militant indigène venu de Bornéo sont également montés à la tribune. Ce dernier a appelé à l'arrêt des investissements dans la «destruction de la forêt tropicale».

Soutien des églises

Pour souligner acoustiquement l'urgence climatique, les cloches de nombreuses églises, dont celles de la cathédrale de Berne, ont sonné à 14h30. Plusieurs horloges ont arrêté leurs aiguilles sur midi moins cinq. Au total, plus de 150 paroisses ont participé à l'action, selon les organisateurs.

La manifestation bernoise pour le climat a constitué le point d'orgue suisse de la Global Week for Future, durant laquelle des actions et des manifestations ont eu lieu tout autour du monde. (ats/nxp)

Créé: 28.09.2019, 07h49

Articles en relation

La jeunesse du monde défile pour le climat

Manifestations Ils étaient notamment plus de 500'000 à accompagner Greta Thunberg ce vendredi à Montréal, au Canada. Plus...

Des «condamnés à mort» devant le Crédit Suisse

Genève Dans le cadre d'une action pour le climat, des militants ont manifesté devant la banque suisse mercredi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.