Les Suisses sont parmi les Européens qui dépensent le moins pour se nourrir

SociétéLes Helvètes ne consacrent que 6,3% de leur budget à l'alimentation. Ils craignent malgré tout un renchérissement.

Image: PATRICK MARTIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La crainte d’une hausse des prix des aliments: c’est l’argument principal qui menace les deux initiatives alimentaires en votation le 23 septembre prochain. Selon le dernier sondage Tamedia, 55% des personnes opposées à l’initiative «Fair-Food» estiment que le texte risque d’augmenter les prix de l’alimentaire en Suisse et d’encourager le tourisme d’achat (lire ci-dessous). C’est aussi le deuxième argument le plus cité par les opposants à l’initiative «pour la souveraineté alimentaire».

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Pourtant, l’alimentation représente une part toujours plus petite des dépenses des ménages. Les Suisses n’y consacrent plus que 6,3% de leur budget, selon les derniers chiffres (2015) de l’Office fédéral de la statistique (OFS). Le gros des dépenses est dédié à la consommation de biens et services (53,3%), au logement et à l’énergie (14,7%), et aux transports (7,6%). L’alimentation et les boissons non alcoolisées arrivent juste avant les dépenses pour les loisirs (5,6%).

Cette évolution s’observe depuis des décennies. Alors que l’alimentation représentait 50% du budget des ouvriers (40% de celui des employés) au début du XXe siècle, la part était déjà réduite à moins d’un tiers après la Seconde Guerre mondiale, puis à 11% au début des années 2000. Bien que la Suisse soit particulièrement concernée, cette tendance s’observe dans tous les pays industrialisés.

L’Institut national français de la statistique et des études économiques (Insee) propose plusieurs pistes d’explications, notamment liées à l’amélioration du pouvoir d’achat au fil des décennies. Non seulement la part consacrée à l’alimentation décroît lorsque le revenu augmente, mais nos habitudes alimentaires se sont modifiées. Le temps passé en cuisine a diminué, de même que le panier de courses s’est modifié: viande, fruits et légumes, céréales et boissons alcoolisées progressent moins vite que les autres produits alimentaires meilleur marché, à l’instar des produits transformés et des plats préparés. Ainsi, la consommation alimentaire par habitant augmente régulièrement en volume depuis cinquante ans, mais moins rapidement que l’ensemble de la consommation.

Dans ce contexte, ce n’est pas une surprise si le débat sur les initiatives agricoles du 23 septembre s’oriente désormais sur la question des coûts. Avec une crainte d’un renchérissement justifiée? Johann Schneider-Ammann assure que oui. Le conseiller fédéral en charge de l’agriculture affirmait samedi dans nos pages que «l’initiative sur la souveraineté alimentaire contribuera à augmenter les prix». Et le Conseil fédéral craint un phénomène identique si l’initiative «pour des aliments équitables» est acceptée. Mensonges! rétorque Pierre-André Tombez, président de l’Alliance pour la souveraineté alimentaire. «C’est surtout Johann Schneider-Ammann qui fait peur. C’est infondé. Personne ne peut dire qu’il y aura une augmentation des prix en cas de oui à notre initiative. Nous avons les marges les plus importantes d’Europe dans la grande distribution. Et la vente directe est presque toujours avantageuse.»

Manger durable

La vice-présidente des Verts, Lisa Mazzone, fait la même analyse pour «Fair-Food»: «On ne peut pas affirmer avec certitude qu’appliquer des standards minimaux sur les denrées alimentaires importées ferait augmenter les prix. Une étude de la FRC a par ailleurs montré que manger de manière plus durable, de saison et local ne coûte pas forcément plus cher.» Et quand bien même, cet argument du porte-monnaie est trop court ajoute la Genevoise. «Nous sommes là dans des enjeux de santé publique et de respect de l’environnement et des animaux.»

Manger mieux

Ne vaut-il pas la peine de manger mieux, quitte à dépenser un peu plus? Opposant aux deux initiatives agricoles, le conseiller national Frédéric Borloz (PLR/VD) rétorque par d’autres statistiques «En comparaison européenne, nous sommes parmi les pays qui dépensent le plus pour des produits bios. Et la consommation de l’ensemble des produits dits équitables a doublé ces cinq dernières années.» Mais tout cela en tenant compte de la réalité du marché, souligne le libéral-radical.

Le syndicaliste paysan Pierre-André Tombez s’enflamme: «Le problème n’est pas le consommateur! Il achète des produits aux prix qu’on lui fait.» Selon lui, c’est grâce à l’intervention de l’État que la qualité de l’assiette s’améliorera. Pour tous? «Pour les gens dans la précarité, il ne serait pas impensable qu’on les aide, grâce à l’économie qu’on pourra sans doute faire sur les paiements directs», avance-t-il. (24 heures)

Créé: 29.08.2018, 07h26

Les deux initiatives agricoles sont en chute libre

Les partisans des initiatives «pour des aliments équitables» et pour la «souveraineté alimentaire» sont brusquement en train de redescendre de leur petit nuage. Les premiers baromètres électoraux réalisés au début du mois montraient une nette sympathie citoyenne pour ces propositions. Une sympathie qui s’est depuis fortement érodée. Selon le deuxième sondage représentatif effectué sur mandat de Tamedia (ndlr: l’éditeur de ce journal), la proposition des Verts pour des «aliments équitables» est désormais soutenue par 55% des sondés (-9), contre 42% d’opposants et 3% d’indécis.
Ils sont 52% (-9) à plébisciter l’initiative pour la «souveraineté alimentaire», tandis que 43% disent non et que 4% restent indécis. Les femmes continuent à être davantage séduites que les hommes par ces textes.
Le sondage montre également que le non progresse en parallèle avec l’âge des sondés. Troisième objet soumis au vote le 23 septembre, l’arrêté fédéral sur le vélo peine à décoller. Il convainc 50% des sondés (+2), contre 42% d’opposants. Il reste 8% d’indécis. Ce sondage a été mené en ligne du 22 au 25 août auprès de 9415 personnes de toute la Suisse. La marge d’erreur est de 1,4%. L.BT.

Articles en relation

Johann Schneider-Ammann: «A long terme, c'est la mort de l'agriculture productrice»

Votations 23 septembre Le conseiller fédéral PLR bat la campagne contre l'initiative d'Uniterre «pour la souveraineté alimentaire». Il s'explique. Plus...

Les idées vertes conquièrent le cœur des paysans romands

Agriculture La faîtière romande se distingue et soutient l’initiative des écologistes qui militent pour des aliments équitables. Explications. Plus...

«Les consommateurs sont complètement oubliés»

Agriculture L'organisation paysanne Uniterre défend son initiative populaire pour la souveraineté alimentaire, soumise à votation le 23 septembre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 24 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...