Les Suisses gardent les mêmes préoccupations

BaromètreUne étude réalisée par l'institut gfs.bern et rendue publique dévoile les préoccupations des citoyens helvétiques.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'environnement et le climat inquiètent les Suisses, mais encore insuffisamment pour entrer sur le podium des principales préoccupations. Sans changement, la prévoyance professionnelle, la santé et les étrangers restent les principaux soucis des Helvètes en 2019.

Et pour les résoudre, les Suisses ne font pas vraiment confiance aux institutions. D'après le Baromètre des préoccupations du Credit Suisse, une nette majorité des près de 2500 personnes interrogées souhaite que le Conseil fédéral assume davantage son rôle de dirigeant (83%) et que le Parlement obtienne des compromis défendables (68%).

Seule l'économie est jugée apte à trouver des solutions pragmatiques et plus rapidement que les politiques, jugent 60% des Helvètes. A condition qu'elle dispose de plus de liberté et moins de bureaucratie, estime une majorité de Suisses interrogés par l'institut gfs.bern, mandaté par le Credit Suisse.

Pour plus de trois quarts des Suisses, la baisse de capacité des milieux politiques à trouver des solutions qui trouvent un soutien constitue même la première menace pour l'identité suisse. Un danger qui passe devant les problèmes avec l'UE mentionnés par 62% des personnes interrogées ou le blocage des réformes en général (61%).

Pas assez de solutions

L'insatisfaction à l'égard du Conseil fédéral a même considérablement augmenté d'une année à l'autre. Alors qu'elles n'étaient que 24% des personnes interrogées en 2018 à juger que la politique du gouvernement échouait souvent sur des dossiers décisifs, elles sont cette année 46%.

Ainsi, les trois principales préoccupations des Suisses l'an dernier demeurent cette année: l'AVS et la prévoyance vieillesse (47%), la santé et les caisses-maladie (41%) et les étrangers (30%). Comme l'an dernier, les deux premières inquiétudes du pays relèvent de la politique intérieure, constate Lukas Golder, co-directeur de gfs.bern.

«Les citoyens suisses attendaient des solutions du monde politique, mais estiment qu'aucune réponse n'a été apportée. On observe donc une certaine crispation à l'égard du politique sur ces sujets», ajoute Lukas Golder.

L'environnement

Le Baromètre laisse encore apparaître qu'après son retour dans le top 5 des préoccupations l'an dernier, le thème de l'environnement et du climat progresse de six points de pourcentage en un an et occupe la quatrième place avec 29%. Une hausse liée à la forte présence du changement climatique dans les médias, selon gfs.bern.

Le chômage arrive en cinquième position avec 26% (+4 points). Les inquiétudes autour de la sécurité personnelle enregistrent la plus forte hausse avec 11 points de pourcentage (6e place). Interrogés sur le problème le plus urgent à résoudre, les Suisses citent d'abord l'AVS et la prévoyance vieillesse (16%), puis la protection de l'environnement et le changement climatique (12%).

Défiance envers les institutions

Au chapitre de la confiance, les Suisses se montrent de plus en plus sceptiques envers les institutions, selon le baromètre. Les partis politiques, les employeurs, les journaux payants ou l'église perdent tous plus de 20 points de pourcentage. Seule la police conserve une certaine crédibilité avec 72%, suivie par le Tribunal fédéral (65%) et par la Banque nationale (58%).

Lukas Golder précise: «En moyenne, la confiance des Suisses à l'égard du gouvernement est supérieure à celle des autres pays». La moitié des sondés font confiance au Conseil fédéral contre 43% en moyenne dans les pays de l'OCDE. Interrogés sur leur situation économique personnelle, neuf Suisses sur dix l'estiment «bonne», voire «très bonne». Cette année encore, trois-quarts des sondés pensent que leur situation ne va pas changer l'année prochaine. (ats/nxp)

Créé: 05.12.2019, 00h39

Articles en relation

Les retraites, le souci numéro 1 des Suisses

Baromètre Une étude réalisée par l'institut gfs.bern et rendue publique jeudi dévoile les principales préoccupations des citoyens helvétiques. Plus...

La cybercriminalité inquiète toujours plus

Suisse Un «Cyber baromètre» révèle que 32% des Suisses interrogés s'inquiètent des menaces liées à l'utilisation d'internet. L'enquête montre aussi un manque de protection numérique. Plus...

Les Suisses ont relativement confiance dans la numérisation

La numérisation n'inquiète pas outre mesure les Suisses. D'après le Baromètre des préoccupations du Credit Suisse, ils sont 67% à penser que la technologie améliore la qualité de vie. La crainte souvent évoquée de perdre prochainement son emploi du fait de la numérisation reste rare: à peine 10% estiment que leur poste sera probablement automatisé par un robot, une nouvelle technologie ou un logiciel d'ici cinq ans, indique le baromètre 2019. Mais les Suisses sont conscients des risques des nouvelles technologies. Quatre sur cinq pensent que la collecte de données associées à la numérisation facilite la manipulation par des sociétés privées et peut renforcer le contrôle de l'État. Pour une majorité, les nouvelles technologies rendent la société plus agréable (75%), mais aussi plus vulnérable (72%). Un Suisse sur trois se sent «dépassé par la mutation technologique».

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.