Passer au contenu principal

Les Suisses moins gourmands en énergie en 2014

La consommation d'énergie des ménages a fortement baissé l'année dernière. La météo agréable explique en partie le phénomène.

2014 fait partie des années les plus chaudes avec 2011 depuis le début des relevés de températures en 1864.
2014 fait partie des années les plus chaudes avec 2011 depuis le début des relevés de températures en 1864.
Archives, Keystone

En raison d'une météo favorable, la consommation d'énergie a reculé de 7,7% en Suisse l'année passée. La chute concerne tant le chauffage que les carburants.

Avec 825'770 térajoules (TJ) utilisés, il s'agit de la plus faible consommation énergétique enregistrée depuis 1997, a indiqué jeudi l'Office fédéral de l'énergie (OFEN) dans un communiqué.

D'après MétéoSuisse, 2014 fait partie des années les plus chaudes avec 2011 depuis le début des relevés de températures en 1864.

Électricité en recul

Conséquence de cette météo clémente, les degrés-jours de chauffage, indicateur important pour la consommation d'énergie à des fins de chauffage, ont diminué de 19,9% par rapport à l'année précédente.

La consommation d'huile de chauffage a fortement chuté: 24,7% pour celle extra-légère et 57,5% pour les huiles de chauffage lourdes. L'utilisation de gaz naturel a reculé de 11,3%. Quant à l'électricité, sa consommation s'est repliée de 3,1%. Les recours au charbon et au coke de pétrole ont par contre augmenté de respectivement 4,2% et 18,1%.

Si la consommation générale de carburant a légèrement diminué (-0,5%), elle progresse pour l'aviation de 0,7%. L'essence est en baisse de 4% alors que le diesel affiche une hausse de 2,5%. Les biocarburants enregistrent une augmentation sensible: 81,3%.

Énergie solaire en hausse

Sur le plan des énergies renouvelables, l'utilisation de pompes à chaleur est en recul de 7,6% par rapport à l'année précédente. Il en va de même pour le chauffage à distance (-8,9%).

La chaleur solaire est en progression de 8,3%. Tout comme la consommation de biogaz en hausse de 11,3%.

A long terme, la consommation énergétique devrait croître en raison de l'augmentation de la population résidante, du produit intérieur brut (PIB), du nombre de véhicules à moteur et du parc immobilier.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.