Les Suisses, héros du climat tant que ça ne coûte rien

EnvironnementUn sondage montre que les Suisses sont opposés à l'interdiction des vols de courte distance, aux taxes sur les routes et sur la viande.

«Faut-il interdire toutes les voitures fonctionnant à l'essence ou au diesel d'ici à 2050?» questionne le sondage. 50% répondent non et 37% oui.

«Faut-il interdire toutes les voitures fonctionnant à l'essence ou au diesel d'ici à 2050?» questionne le sondage. 50% répondent non et 37% oui. Image: URS JAUDAS

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La défense du climat, je suis à fond pour... tant que cela ne touche pas mon confort ou mon porte-monnaie. Voilà comment on pourrait résumer l'attitude des Suisses sur la politique climatique au vu du sondage annuel Vimentis. Ce dernier, effectué auprès de 20 000 personnes et dévoilé ce mercredi à Berne, traduit une attitude ambivalente des citoyens. Tant que la défense climatique se borne à de grandes déclarations générales, les Suisses applaudissent des deux mains. Dès qu'on leur propose des mesures concrètes pour polluer moins, l'enthousiasme se refroidit nettement dans les chaumières.

Voyons cela plus en détail. «Pensez-vous que des actions politiques sont nécessaires en matière de changement climatique?» demande Vimentis. Réponse: 62% des gens disent oui. Les femmes (65%) sont plus motivées que les hommes (58%). Les jeunes et les seniors plus favorables que les quadras et les quinquas. Les Romands plus engagés que les Alémaniques. Un peu plus loin, 58% des sondés se déclarent favorables à ce que la Suisse se passe complètement du pétrole, du gaz et du charbon d'ici à 2050 au plus tard.

Pas d'interdiction ni de taxe

Après les déclarations générales, passons aux travaux pratiques. Et, là, les choses se gâtent. «Les vols de courte distance devraient-ils être interdits?» demande le sondage. La réponse tombe: non à 48% et oui à seulement 11%. Il faut cependant préciser que 38% des gens se prononcent pour une interdiction à condition que la destination soit facilement accessible par d’autres moyens de transports publics.

Cela n'a pas marché avec l'avion, essayons avec la route. «Pour l'utilisation de routes très fréquentées aux heures de pointe, faut-il introduire de nouvelles taxes (road-pricing)», demande-t-on aux gens. La réponse claque: non à 66%. Dans tous les cantons, la réponse est négative.

Plus de voitures à essence

Et ce n'est pas fini. «Faut-il interdire toutes les voitures fonctionnant à l'essence ou au diesel d'ici à 2050?» questionne le sondage. 50% répondent non et 37 % oui. À noter que seuls les sondés vaudois et tessinois disent oui, alors que tous les autres répondent majoritairement par la négative.

Pas question non plus pour les Suisses de virer végétariens pour le bien de la planète. «Faut-il introduire un impôt sur la viande afin d'en réduire la consommation, et donc les émissions de CO2?» interroge le sondage. 66% ne veulent pas en entendre parler, alors que 26% y sont favorables. Si l'on regarde les réponses selon les préférences politiques, on s'aperçoit sans surprise que les sympathisants UDC s'y opposent à 89%, alors que les sympathisants Verts approuvent à 66%.

«Face à un grand dilemme»

Les résultats de ce sondage ont été commentés ce mercredi à Berne par différents parlementaires fédéraux. «Les gens veulent bien lutter contre le réchauffement climatique, mais ils ne veulent pas être touchés personnellement, réagit Franziska Roth (PS/SO). Cela montre le grand dilemme politique auquel nous sommes confrontés.»

À droite, on jubile. «Les Suisses ne veulent pas de nouvelles taxes sur la route ou sur la viande, constate Mike Egger (UDC/SG). Cela confirme ce que nous disons, à savoir qu'on a trop chargé le bateau dans la nouvelle loi sur le CO2 et que la question d'un référendum se pose.»

Créé: 19.02.2020, 17h00

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.