Les Suisses veulent quatre semaines de congé paternité

Congé paternitéNotre sondage montre que six Suisses sur dix sont favorables ou plutôt favorables à cette solution.

Les pères pourraient bientôt bénéficier de quatre semaines de congé.

Les pères pourraient bientôt bénéficier de quatre semaines de congé. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une majorité de Suisses veut un congé paternité de quatre semaines. Dans un sondage en ligne réalisé par Tamedia, le groupe qui édite ce journal, 40% des personnes interrogées soutiennent l’idée d’une telle pause pour les nouveaux pères, 20% disent plutôt oui. À l’inverse, 24% des sondés sont opposés à un tel projet et 16% plutôt opposés. Les appuis les plus importants émanent des sympathisants socialistes (87% de oui et plutôt oui) et Verts (86%), contre 52% chez les PDC, 50% chez les PLR et 34% dans le camp UDC.

Ce coup de sonde révèle un décalage entre le parlement fédéral sortant et la population. Durant la session qui vient de se terminer, les deux Chambres ont recommandé de rejeter l’initiative «Pour un congé de paternité raisonnable». Ce texte demande d’accorder un mois aux pères, à prendre dans l’année suivant la naissance. À Berne, les élus ont préféré un contre-projet, avec deux semaines financées par les allocations pour perte de gain.

Un autre sondage favorable

«60% de personnes qui soutiennent notre proposition, c’est bien, s’exclame Adrian Wüthrich, président de la faîtière syndicale Travail.Suisse et de l’association «Le congé paternité maintenant!» Un sondage que nous venons de réaliser montre des résultats encore plus favorables.» Dans cette autre enquête, 24% des sondés optent pour un congé de deux semaines, 39% pour quatre semaines et 35% pour un congé paternité de huit semaines qui entrerait dans le cadre d’un congé parental.

L’initiative devrait être soumise au peuple en février, à condition que son comité décide de la maintenir. Il rendra sa décision ce mercredi. Une question épineuse, selon Adrian Wüthrich: «D’un côté, les sondages d’opinion montrent que nous avons une chance de voir notre proposition passer. Mais si elle échouait, cela marquerait un coup d’arrêt pour le congé parental, qui est pour nous la prochaine étape.»

Cette enquête a été réalisée auprès d’un peu plus de 20 000 personnes, dont près de 5300 Romands, les 23 et 24 septembre dernier. La marge d’erreur est de 1,3 point de pourcentage (et 3 à 4 pour les détails par parti).

Créé: 30.09.2019, 06h46

Articles en relation

Remplacer un cours de répèt’ par le congé paternité?

L'invité Samuel Bendahan fait une proposition qui ne coûterait rien aux entreprises. Plus...

Le congé paternité, une option rétrograde?

L'invité René Knüsel réagit à la récente approbation par les Chambres d'un congé pour les nouveaux pères. Plus...

39% des Suisses réclament quatre semaines de congé

Congé paternité Un sondage commandé par l'association pour «Le congé paternité maintenant!» montre les préférences des Suisses. Plus...

«Sans congé paternité, familles et enfants trinquent»

Société Deux ou quatre semaines de congé pour les pères? Le National en débat ce mercredi. Certains patrons n’ont pas attendu. Plus...

La Suisse, mouton noir du congé paternité

Société Suspense à Berne: le parlement doit voter mercredi. Notre pays cessera-t-il d’être en queue de peloton européen? Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.