Les Suisses veulent un service militaire obligatoire

Initiative GSsALa Suisse n'abrogera pas le service militaire obligatoire. Le peuple n'a laissé aucune chance à l'initiative populaire du Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA). Aucun canton n'a soutenu le texte, balayé dimanche par 73,2% des voix.

Chargement du graphique...


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un peu plus de 1,76 million de personnes ont glissé un «non» dans l'urne. Le camp du «oui» a réuni moins de 646'000 personnes. Il n'y a pas eu de «Röstigraben», même si les Romands ont été moins catégoriques.

Meilleurs scores

Les plus hostiles à l'initiative du GSsA sont les Uranais (85%) devant les Nidwaldiens (84,3%) et les citoyens d'Appenzell Rhodes-Intérieures (84,2%). Bâle-Ville est le seul canton alémanique avec moins de sept opposants sur dix (60,9%).

L'initiative y obtient son meilleur score après le Jura (58,6%) et Genève, canton de Suisse le plus modéré avec seulement 57,9% de «non». Côté romand, les Genevois sont suivis par les Valaisans (74,8%) et les Fribourgeois (70,5%). Les Vaudois repoussent le texte par 66,2%, les Neuchâtelois par 62,4%. Berne enregistre 75,3% de «non», le Tessin 72%.

Torpiller l'armée

L'initiative voulait remplacer la conscription par une armée de volontaires et un service civil facultatif ouvert aux femmes. Ses partisans, anti-militaristes et gauche en tête, estimaient que cette formule plus moderne mettrait fin à un gaspillage de ressources et au recrutement inégal des soldats.

Ils ne s'accordaient toutefois pas sur une vision future de l'armée. La droite a eu beau jeu d'accuser les initiants de ne viser en fait qu'à torpiller l'armée et de dénoncer un texte qui nuirait à la sécurité du pays en affaiblissant un pilier de sa réussite.

Le GSsA sort affaibli de la campagne. Son échec n'est pas une surprise car le peuple a toujours refusé ses initiatives, mais les antimilitaristes ont déjà obtenu de meilleurs scores. Un premier texte du GSsA demandant l'abolition de l'armée avait recueilli 35,6% de «oui» en 1989. La deuxième initiative n'avait convaincu que 22% des votants en 2001.

(ats/nxp)

Créé: 22.09.2013, 13h16

Articles en relation

Tout le monde s'attendait au rejet de l'initiative du GSsA

Réactions Le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) est certes déçu par le rejet massif de son initiative pour l'abolition du service militaire obligatoire, mais il s'y attendait. Dans le camp des vainqueurs, on se félicite du signal clair donné par le peuple dimanche. Plus...

Revivez l'après-midi de résultats minute par minute

Votations La Suisse a balayé l'initiative du GSsA sur la suppression du service militaire obligatoire et accepté l'ouverture des shops ainsi que la loi sur les épidémies. Plus...

Les Suisses votent dimanche

Votations fédérales L'ouverture des shops de stations-service, la loi sur les épidémies et l'abrogation du service militaire obligatoire sont soumis au verdict des Suisses ce dimanche. Les résultats seront connus dans l'après-midi. Plus...

Un ultime duel sur l’ouverture des shops la nuit

Votations fédérales Pour ou contre? Jean Christophe Schwaab (PS) et Christian Lüscher débattent à quelques heures du scrutin. La fin d’une absurdité ou une déréglementation du travail de nuit? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.