Swiss veut sponsoriser la vie politique, le PS dit non

Financement des partisLa compagnie aérienne veut financer à hauteur de 200'000 francs les cinq partis gouvernementaux. Le PS dit non, à moins de créer un fonds spécial. UDC, PLR, PDC et PBD ne veulent pas en entendre parler

Vice-présidente du PS Suisse, Géraldine Savary est claire: «Pour le PS, il est inacceptable de recevoir de l’argent directement d’une entreprise.»

Vice-présidente du PS Suisse, Géraldine Savary est claire: «Pour le PS, il est inacceptable de recevoir de l’argent directement d’une entreprise.»

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La compagnie aérienne Swiss veut donner 200'000 francs par année aux cinq partis gouvernementaux. Soit l’UDC, le PS, le PBD, le PLR et le PDC. Selon l’Aargauer Zeitung qui révèle la proposition, la compagnie aérienne veut ainsi participer activement et de manière transparente à la «vitalité de la vie politique suisse». Elle le ferait sans aucune condition.

Des quatre partis bourgeois concernés seule l'UDC a déjà dit oui à ce don. Les autres ne communiquent pas sur le financement de leur formation. Mais le PS s’y oppose farouchement. Il souhaite par contre la création d’un fonds commun qui recevrait les dons et autres contributions des entreprises désireuses de contribuer au dynamisme de la vie politique.

Ce fonds alimenterait ensuite les activités des partis actifs sur la scène politique selon des modalités à définir. Pas question pour les partis bourgeois qui y voient une source de complication inextinguible.

Non à la proposition du PS

«Qui va gérer ce fonds? Qui décidera de la clé de répartition et de la manière dont l’argent doit être utilisé?» questionne Béatrice Wertli, la secrétaire générale du PDC. Du côté des partis bourgeois, le financement privé des partis est correct: l’État ne doit pas intervenir dans le processus.

La thématique du financement des partis anime régulièrement la vie politique suisse. Les partis de gauche criant généralement au biais démocratique et ceux de droite arguant que c’est l’une des qualités du système suisse. Les entreprises soutiennent elles les partis qui œuvrent pour une économie libérale.

Ainsi lors des élections fédérales de 2011, beaucoup d’argent avait été dépensé sans que les citoyens en connaissent l’origine. Une estimation publiée par l’hebdomadaire économique Bilanz, qui n’a pas été contestée, avançait des montants de 20 millions pour l’UDC, 12 millions pour le PLR, six millions pour le PDC et cinq millions pour le PS.

Créé: 04.10.2013, 14h02

Articles en relation

Swiss offre 200'000 francs par année aux grands partis

Finances La compagnie aérienne se lance dans le financement des partis. Quelques formations ont déjà accepté, comme l'UDC. Plus...

Pourquoi le PS dit non

Vice-présidente du PS Suisse, la sénatrice vaudoise Géraldine Savary réagit: «Pour le PS, il est inacceptable de recevoir de l’argent directement d’une entreprise. Nous avons eu un grand débat à ce sujet l’année dernière et notre assemblée des délégués a clairement tranché. Nous n'acceptons des dons que d’associations ou d’entreprises à but coopératif. Il est important qu’il n’y ait pas de soupçon sur l’indépendance du PS. Mais il est vrai que si des entreprises veulent, et sans condition, comme le fait Swiss, participer à la vitalité de la vie politique suisse, nous trouverions pertinent de mettre en place un nouveau modèle qui bénéficierait à tous les partis. Les partis bourgeois s’y opposent. Le PS ne changera pas sa position. Cela arrange bien les autres, car du coup, ils vont se partager 200 000 francs à quatre plutôt qu’à cinq!»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.