Swisscom abandonne l'appellation «Natel »

Avec le lancement de l'abonnement «mobile inOne» en avril, l'opérateur va abandonner après près de 40 ans l'appellation «Natel».

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Swisscom tourne une page de l'histoire des télécommunications en abandonnant l'appellation «Natel» communément admise en Suisse pour désigner le téléphone portable, ou le «cellulaire» comme l'appellent entre autres les Belges.

Les PTT, ancêtres de Swisscom, avaient créé ce terme comme abréviation pour «nationales Autotelefon» (téléphone automobile national), mis en service en 1978. Les télécoms suisses avaient lancé en 1952 déjà le premier réseau téléphonique automobile de Suisse, mais celui-ci était limité à la région de Zurich.

En 1978, le premier réseau partiel analogique est mis en service (Natel A). Le directeur des PTT de l'époque avait alors solennellement déclaré qu'il était désormais possible d'être atteignable à tout moment et à chaque endroit en Suisse. Le potentiel de marché avait alors été fixé à 10'000 abonnés.

Capacité limitée

Dans les faits, la capacité du réseau Natel A était limitée à 3500 utilisateurs. Une conversation avait une durée maximale de trois minutes, se souvient l'historien de l'informatique et des télécommunications Robert Weiss, dans un entretien accordé à l'ats. «La discussion était ensuite automatiquement annulée, de sorte à ce que d'autres personnes puissent accéder au réseau».

Un appareil Natel A pesait quelque 20 kilos et se déclinait en deux versions. La première se logeait directement dans le coffre d'une voiture et était reliée à la batterie, tandis que la seconde était une variante portable. Les premiers «Natels» coûtaient quelque 18'000 francs, précise M. Weiss.

Malgré ces prix prohibitifs et les diverses restrictions, l'offre avait remporté un franc succès. Comme les capacités étaient limitées, les personnes intéressées devaient s'inscrire sur une liste d'attente, qui s'allongeait toujours plus. La capacité du réseau a constamment été étendue et en 1983, le Natel B succédait à son prédécesseur, puis en 1987 le Natel C.

En 1993, le réseau numérique Natel D a été mis en fonction, permettant une extension massive des capacités. Les appareils sont parallèlement devenus plus petits et moins coûteux.

Abandon après 39 ans

En raison du monopole des Telecom PTT sur le réseau mobile jusqu'à la fin des années 1990, le terme Natel est devenu dans l'ensemble de la Suisse le nom générique pour un téléphone mobile. Après l'abolition du monopole, Swisscom a juridiquement protégé l'appellation et l'a utilisée pour ses offres mobiles.

Avec le lancement en avril des nouveaux abonnements, l'utilisation de ce nom se termine après 39 ans, a confirmé ce mercredi devant les médias à Zurich Dirk Wierzbitzki, chef de produit et membre de la direction de Swisscom. L'abandon du terme n'a pas suscité de grandes discussions. (ats/nxp)

Créé: 22.02.2017, 17h59

Articles en relation

Les clients pourront composer leur propre offre

Swisscom Un client aura la possibilité d'adapter les différentes composantes du paquet d'offres, voire de les supprimer. Plus...

Belle performance pour Swisscom en 2016

Télécommunication L'opérateur de télécommunications a dégagé un bénéfice net en croissance de 17,8% à 1,604 milliard de francs. Le géant bleu n'échappera toutefois pas aux suppressions d'emplois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 11 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...