Des syndicats critiques, l'économie satisfaite

Libre circulationLes syndicats en appellent désormais au Parlement pour rectifier le tir tandis que les milieux patronaux veulent tout faire pour sauver les bilatérales.

Les mesures présentées par le Conseil fédéral (ici Simonetta Sommaruga et Johann Schneider-Ammann) fait réagir diversément les partenaires sociaux.

Les mesures présentées par le Conseil fédéral (ici Simonetta Sommaruga et Johann Schneider-Ammann) fait réagir diversément les partenaires sociaux. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors que le patronat salue la volonté de sauvegarder les bilatérales, les syndicats s'insurgent contre la faiblesse des mesures d'accompagnement.

Le projet du Conseil fédéral a suscité vendredi une levée de boucliers de la part de l'Union syndicale suisse (USS), de Travail.Suisse et d'Unia, qui fustigent à l'unisson la faiblesse des mesures adoptées pour lutter contre les abus sur le marché du travail. «Le Conseil fédéral ferme les yeux», accuse l'USS.

En refusant de renforcer les mesures de protection, le gouvernement se range dans le camp des employeurs tenants d'une ligne dure et laisse les salariés se débattre avec leurs problèmes, critique la centrale syndicale. Elle en appelle désormais au Parlement pour rectifier le tir. L'USS et Unia rappellent qu'ils ont déjà soumis plusieurs propositions en ce sens au Conseil fédéral.

Les syndicats demandent notamment un renforcement des conventions collectives de travail (CTT), en facilitant l'extension de leur champ d'application. Ils exigent aussi davantage de contrôles des salaires et des sanctions plus sévères, ainsi qu'une meilleure protection contre les licenciements, surtout pour les travailleurs âgés.

Clause de sauvegarde critiquée

Travail.Suisse et Unia critiquent aussi vivement l'adoption des contingents et d'une clause de sauvegarde unilatérale. Cette clause «ne résout pas le problème mais le repousse seulement», écrit Travail.Suisse. L'organisation faîtière reproche au Conseil fédéral d'agir dans ce dossier de manière «très hésitante et sans boussole».

Unia adopte le même ton et considère la proposition du gouvernement comme «inacceptable»: «Les contingents entraîneraient de nouvelles discriminations sur le marché du travail et remettraient radicalement en question la libre circulation des personnes».

Le syndicat est favorable à cette liberté parce qu«elle constitue un droit essentiel des employés et la condition même des accords bilatéraux avec l'Union européenne (UE).

Pour l'avenir, l'USS et Travail.Suisse insistent sur l'importance de sauvegarder les accords bilatéraux. Mais ceux-ci doivent en même temps profiter aux travailleurs et travailleuses. Pour ce faire, il faut garantir en Suisse le versement de salaires suisses et le respect des conditions de travail locales.

Bilatérales à préserver

Tout autre son de cloche de la part des organisations économiques. Economiesuisse, l'Union patronale suisse (UPS), l'Union suisse des arts et métiers (USAM) et l'association faîtière de l'industrie des machines, des équipements électriques et des métaux (Swissmem) se disent satisfaites du mécanisme de la clause de sauvegarde, qui avait été proposé par les milieux économiques.

C'est «la seule voie praticable pour concilier, en politique intérieure, le résultat de la votation du 9 février 2014 et, en politique extérieure, les accords bilatéraux entre la Suisse et l'UE», souligne l'UPS.

Cette solution assure le maintien de la libre circulation des personnes tout en permettant à la Suisse de piloter l'immigration de manière autonome, se réjouit l'UPS. La ligne adoptée par le Conseil fédéral montre qu'il accorde la plus haute priorité à la sauvegarde de la voie bilatérale.

Corrections exigées

Les organisations économiques exigeront toutefois des corrections, préviennent-elles. Pour l'économie, il est en effet essentiel de pouvoir recruter hors contingents les frontaliers et les salariés engagés pour une année au maximum si les personnes recherchées ne sont pas disponibles en Suisse.

Les trois associations économiques rejettent en outre les nouvelles mesures d'accompagnement, estimant que les dispositions en vigueur sont suffisantes. (ats/nxp)

Créé: 04.03.2016, 17h08

Articles en relation

Les partis réagissent à la clause de sauvegarde

Suisse Les Socialistes et les Verts rejettent la clause tandis que l'UDC envisage une initiative contre la libre circulation. Plus...

Le Parlement peut débattre d'une clause de sauvegarde

Immigration Malgré l'hostilité de Bruxelles, le Conseil fédéral n'a pas changé d'avis. Il a transmis au Parlement ses propositions pour mettre en œuvre le texte de l'UDC accepté par le peuple le 9 février 2014. Plus...

Libre circulation: accord entre la Suisse et la Croatie

Immigration Le Conseil fédéral avait bloqué le texte après l'acceptation de l'initiative contre l'immigration de masse, déclenchant des mesures de rétorsion. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.