Passer au contenu principal

Protection des abeillesSyngenta conteste la suspension d'un insecticide

Syngenta a contesté en justice la décision de la Commission européenne de suspendre l'autorisation d'utiliser du thiaméthoxam sur les cultures attirant les abeilles.

La Commission européenne interdit les insecticides dangereux pour les abeilles.
La Commission européenne interdit les insecticides dangereux pour les abeilles.
Keystone

Selon le groupe agrochimique bâlois Syngenta, la décision de la Commission européenne d'interdire le thiaméthoxam a été prise «sur la base d'un processus défectueux, d'une évaluation inadéquate et incomplète de l'Autorité européenne de sécurité des aliments».

D'après Syngenta, la Commission n'a en outre pas eu le soutien de tous les Etats membres de l'Union Européenne (UE). «Nous aurions préféré ne pas intenter une action en justice, mais nous n'avons pas le choix étant donné que nous sommes persuadés que la Commission a établi à tort un lien entre le thiaméthoxam et le déclin de la santé des abeilles, déclare John Atkin, directeur opérationnel de Syngenta, cité dans un communiqué diffusé mardi.

«En suspendant le produit, la Commission a enfreint la législation européenne sur les pesticides et a indûment appliqué le principe de précaution», ajoute-t-il.

Risques pour les abeilles

Pour rappel, en mai dernier, la Commission européenne avait confirmé sa décision de restreindre pendant deux ans l'utilisation de trois insecticides de la famille des néonicotinoïdes (clothianidine et imidaclopride de Bayer et thiaméthoxam) en raison des risques aigus pour les abeilles. Les restrictions entreront en vigueur le 1er décembre 2013.

Les Etats membres doivent retirer ou modifier les autorisations existantes pour se conformer aux restrictions de l'UE d'ici au 30 septembre. L'utilisation des stocks existants pourra être autorisée jusqu'au 30 novembre au plus tard.

Syngenta «a appelé toutes les parties prenantes à focaliser leurs efforts sur l'élaboration de solutions pratiques visant à améliorer l'état de santé des abeilles». Se référant à «l'avis concordant de la plupart des experts», la firme soutient que les abeilles souffrent de maladies, de virus ainsi que de la disparition de leur habitat et de leur nourriture.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.