Passer au contenu principal

Le système de sécurité était bien défectueux

Le décès d'un employé des CFF à Baden (AG), il y a dix jours, est bel et bien dû à une défectuosité.

Des portes de wagons CFF sont défectueuses.

Le Service suisse d'enquête de sécurité (SESE) confirme que le système anti-pincement de la porte de wagon dans laquelle un contrôleur des CFF est resté coincé à Baden (AG) était défectueux. De plus, l'information aux conducteurs manque de fiabilité.

Plusieurs essais ont permis de vérifier que la pression de la porte en question ne se réduisait pas toujours alors même qu'elle était confrontée à un obstacle, a informé mercredi le SESE dans un rapport intermédiaire après avoir examiné le wagon concerné. En cause: une mauvaise connexion d'un interrupteur à onde de pression de la porte.

(Minute de silence pour l'employé décédé)

En principe, un senseur désactive la protection anti-pincement juste avant que la porte ne se ferme, si aucun obstacle n'est rencontré. Or il est possible que lors de l'accident mortel du 4 août, la protection ait été désactivée trop tôt et que la porte se soit donc refermée malgré la présence du contrôleur.

Mauvaises indications

Autre problème: le SESE a constaté qu'un interrupteur relié à un témoin lumineux dans la cabine du conducteur, indiquant l'état des portes, restait bloqué. En conséquence, le conducteur peut croire que les portes sont fermées alors qu'elles ne le sont pas complètement. «Cela engendre de l'incertitude et peut entraîner des accidents», indique le rapport.

Le SESE doit préciser le lien exact entre les défauts observés et l'accident dans son rapport final. Il recommande cependant à l'Office fédéral des transports (OFT) de demander aux CFF de remplacer le système actuel anti-pincement par un dispositif plus fiable.

Les CFF s'activent

Les CFF disent élaborer déjà des mesures concrètes selon les recommandations du SESE. Dans un communiqué, ils affirment pouvoir continuer d'exploiter les voitures VU IV impliquées dans le drame en toute sécurité après ces recommandations. Ils assurent enfin intégrer ces dernières dans leurs propres enquêtes sur les systèmes de fermeture des portes.

A ce jour, deux tiers des voitures de type VU IV ont déjà été contrôlés. Il s'agit de voitures à un étage sans plancher surbaissé. Les portes défectueuses sont soit remises en état immédiatement, soit condamnées et signalées comme défectueuses. Dans ce cas, la voiture est remise en service en attendant que la porte condamnée puisse être réparée.

Après réception d'éventuelles décisions de l'OFT, les CFF communiqueront en détail au sujet des mesures de correction et de l'état d'avancement de celles déjà prises.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.