Passer au contenu principal

Tariq Ramadan exige le silence de la plaignante suisse, en vain

La Cour de justice rejette le recours de l’islamologue qui voulait empêcher les avocats de la plaignante de parler dans les médias.

Le prédicateur est prévenu de viol et contrainte sexuelle.
Le prédicateur est prévenu de viol et contrainte sexuelle.
Yvain Genevay

Dans l’affaire du célèbre prédicateur Tariq Ramadan, la bataille de la communication reste vive, à tel point qu’elle occupe les juges. Prévenu de viol et contrainte sexuelle à Genève, le quinquagénaire a réclamé en juin la mise sous silence de la victime présumée et de ses avocats dans les médias. Une démarche rare dans une procédure. Après le rejet de sa requête en septembre par le Ministère public, son recours vient d’être écarté par la Cour de justice, a appris la «Tribune de Genève».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.