Le téléphone d'un jeune radicalisé sera surveillé

Tribunal fédéralUn jeune mineur, sympathisant de l'État islamique, s'opposait à la surveillance rétroactive de son téléphone. Le Tribunal fédéral a tranché.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Tribunal fédéral rejette le recours d'un mineur soupçonné de sympathies pour l'État islamique. Mis en détention provisoire le 30 juin 2019, il s'opposait à la surveillance rétroactive de son téléphone mobile ordonnée par la justice des mineurs genevoise.

Dans un arrêt publié jeudi, la 1re Cour de droit public juge le recours insuffisamment motivé. Sur le fond, elle estime la surveillance peu intrusive, puisqu'elle porte sur des informations secondaires, par rapport aux soupçons pesant sur le recourant.

Depuis la fin juin 2019, la justice des mineurs du canton de Genève mène une enquête contre le jeune homme. Elle agit à la suite d'un rapport du Service de renseignements de la Confédération (SRC). Le mineur est soupçonné d'avoir enfreint la loi interdisant les groupes «Al-Qaida» et «État islamique» ainsi que la loi sur les armes.

Bague à l'effigie de l'EI

Lors d'une perquisition, les enquêteurs ont trouvé trois pistolets softair, deux couteaux, une machette, deux téléphones mobiles et une chevalière à l'effigie du groupe État islamique. Parmi les fichiers et documents saisis se trouvaient aussi des instructions pour fabriquer une bombe.

Le jeune Suisse, âgé de 17 ans et 8 mois lors de son arrestation, a nié toute foi religieuse ou proximité avec l'État islamique lors de ses auditions. En septembre, le Tribunal fédéral avait admis la détention provisoire en dépit du statut de mineur du recourant. (arrêt 1B_487/2019 du 11 novembre 2019) (ats/nxp)

Créé: 28.11.2019, 11h59

Articles en relation

Un détenu radicalisé prend 28 ans de prison

France Un détenu djihadiste avait tenté d'assassiner deux surveillants de la prison d'Osny, en 2016. Il a été condamné à 28 ans de prison. Plus...

Neuf ans de prison pour l'ex-interne en médecine radicalisé

France Amine L. aujourd'hui âgé de 32 ans, avait publié des milliers de tweets vantant le terrorisme. Il s'était notamment moqué des victimes du 13 novembre. Plus...

Un «coup sévère» porté à la propagande de l'EI

Terrorisme Une vaste opération d'Europol a permis de supprimer des vidéos et des comptes de réseaux sociaux soutenant le terrorisme. Plus...

Terrorisme: plus de 300 interdictions d'entrée

Suisse Suite à des soupçons de terrorisme, 331 personnes ont été interdites d'entrée sur le territoire suisse entre 2016 et 2018. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.