Plus de temps pour déloger les squatters

SuisseLe conseiller national Olivier Feller revient sur un jugement qui n'avait donné que quelques heures au propriétaire lésé pour agir.

La motion d'Olivier Feller a été acceptée.

La motion d'Olivier Feller a été acceptée. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement devra faire en sorte que les propriétaires immobiliers squattés bénéficient de deux ou trois jours pour réagir et déloger les occupants illégaux. Après le National, le Conseil des Etats a accepté lundi par 31 voix contre 13 une motion d'Olivier Feller (PLR/VD) en ce sens.

La loi actuelle précise que les propriétaires peuvent agir si l'immeuble a été pris de manière clandestine ou violente et s'ils agissent «aussitôt». En règle générale, cette notion n'est pas interprétée littéralement, et laisse aux propriétaires immobiliers quelques jours pour réagir.

Le conseiller national Olivier Feller revient sur un jugement du Tribunal fédéral (TF) qui a interprété la loi de manière restrictive, en ne donnant que quelques heures au propriétaire lésé pour agir. Cette jurisprudence pose problème. Le député propose donc de modifier la loi en l'assouplissant, afin d'assurer assez de temps aux propriétaires pour récupérer leur bien.

Le propriétaire doit tout de suite réagir, ce qui est souvent difficile, voire impossible. De plus, le terme «immédiatement» doit être clarifié. Il n'est pas clair s'il s'agit du moment où les squatteurs investissent l'endroit ou du moment où le propriétaire en prend connaissance, a argumenté Fabio Abate (PLR/TI), au nom de la majorité.

Vaine opposition du Conseil fédéral

Le TF n'a jamais dit qu'«aussitôt» signifiait «quelques heures», c'est tout simplement faux, a rétorqué en vain la ministre de justice et police Simonetta Sommaruga.

Une définition qui est fausse ne peut pas être corrigée. Si le Conseil des Etats accepte la motion, le gouvernement devra s'atteler à une tâche quasiment impossible, a-t-elle averti. «Vous cherchez la solution à un problème qui n'existe pas», a insisté la conseillère fédérale. Il n'y a pas d'exemples qui montrent que la loi ne fonctionne pas.

(ats/nxp)

Créé: 11.09.2017, 17h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.