Il est temps de reprendre le contrôle de ses données

SuisseUn professeur veut ancrer le «droit à une copie» des données des utilisateurs dans la Constitution avec une initiative populaire.

La valeur des données personnelles est estimée à plusieurs milliards de dollars.

La valeur des données personnelles est estimée à plusieurs milliards de dollars. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Nombre d'entreprises utilisent nos données pour établir des profils détaillés, mais seuls nous pouvons faire le lien entre toutes les informations. Une position dont nous devrions pouvoir profiter selon le professeur Ernst Hafen. Il veut lancer une initiative dans ce sens.

Google sait par exemple quand et à quelle fréquence j'ai recherché le mot «Alzheimer» et où je me trouvais à ce moment-là. Le moteur de recherche ne peut en revanche déterminer si j'ai effectué la recherche pour ma grand-mère, le frère de ma femme ou pour moi-même.

Grâce à ma carte client, les commerçants peuvent établir un profil de mes habitudes et de mes préférences. Cependant, les données ne permettent pas de savoir si je mange autant de viande parce que je suis un bodybuilder ou simplement parce que j'aime ça.

Le même principe s'applique aux données médicales ou relatives au génome: leur valeur augmente lorsqu'elles sont associées avec d'autres. Or, seul le consommateur est en mesure d'établir des corrélations entre les informations de son application santé, celles de sa supercard ou de son historique internet et son parcours de vie.

Droit à une copie

«Nous sommes les meilleurs agrégateurs de nos propres données», indique à l'ats Ernst Hafen, ancien président de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich. Le gros avantage des données est que, contrairement à l'argent, elles peuvent être copiées et donc utilisées de diverses manières. Pour cela, il faut d'abord que les consommateurs en reprennent possession.

A cet égard, les termes «droit à une copie» et «droit à la portabilité des données» sont capitaux. Les deux notions ont été inscrites dans le nouveau règlement de l'Union européenne sur la protection des données. Depuis fin mai, ce dernier donne le droit aux citoyens européens d'obtenir une copie électronique de leurs données et de la mettre à disposition d'un tiers, personne ou prestataire de services.

En Suisse, les deux dispositions n'ont pas été reprises dans la révision de la loi sur la protection des données. Pour le Conseil fédéral, le droit à la portabilité des données ne relève pas de la protection de la personnalité. Il s'agit de permettre aux personnes concernées de réutiliser leurs données afin de laisser jouer la concurrence. C'est pourquoi il considérait comme problématique d'édicter une telle législation.

Ancrer dans la Constitution

Le professeur Hafen et d'autres experts critiquent le fait que le Conseil fédéral ait ainsi choisi la voie de la moindre résistance. Tout ce qui aurait pu donner plus de pouvoir aux citoyens a été laissé de côté. La Suisse renonce ainsi aussi à de possibles avantages concurrentiels, étant donné que depuis fin mai l'Union européenne autorise la réutilisation des données.

Ernst Hafen va encore plus loin: il veut ancrer le «droit à une copie» dans la Constitution avec une initiative populaire. Pour lui, il s'agit d'un droit humain. De plus, la Suisse pourrait jouer un rôle important dans le développement d'une nouvelle économie des données et des services correspondants.

L'universitaire est en train de constituer un comité d'initiative qui regroupera des personnalités issues du monde politique, de l'économie et de la recherche. La récolte de signatures devrait débuter cette année ou au plus tard en 2019.

Marché de plusieurs milliards

La valeur des données personnelles est estimée à plusieurs milliards de dollars. C'est pourquoi les géants du big data tels que Facebook, Google ou Twitter mettent tout en oeuvre pour établir des profils de personnalité les plus précis possibles afin de générer des profits avec de la publicité ciblée.

Actuellement, ce marché est presque exclusivement contrôlé par des multinationales étrangères. Elles profitent d'une position de quasi-monopole contre lequel presque rien ne peut être entrepris. «Les profits réalisés avec nos données s'envolent ainsi dans d'autres pays», regrette M.Hafen.

Contribuer au bien public

En 2015, Ernst Hafen ainsi que d'autres professeurs, scientifiques et experts informatiques suisses et européens ont lancé la coopérative à but non lucratif «MIDATA». Il s'agit d'une sorte de contre-projet, précisément d'une banque de données qui permet en toute sécurité de stocker, gérer et contrôler l'accès à ses données personnelles.

Les citoyens peuvent y stocker leurs données personnelles et contribuer à la recherche médicale en mettant volontairement à disposition leurs données. Une commission d'éthique contrôle l'utilisation qui en est faite. Le progrès médical qui en découle profite au plus grand nombre.

Selon Ernst Hafen, le but serait une société dans laquelle les gens disposeraient eux-mêmes des ressources, à savoir leurs données personnelles, et pourraient aussi en profiter. Ils obtiendraient non seulement une voix politique mais aussi économique et disposeraient ainsi d'un «incroyable pouvoir».

Comme tout le monde possède énormément de données, le professeur Hafen parle d'un système hautement démocratique, libéral mais aussi social. Ainsi se développerait à l'avenir un véritable contre-poids au modèle économique dominant de la Silicon Valley. (ats/nxp)

Créé: 11.01.2018, 10h54

Le Prof. Dr. Ernst Hafen enseigne à l'EPFZ

La nouvelle loi sur la protection des données déplaît

En septembre, le Conseil fédéral a présenté son projet de nouvelle loi sur la protection des données. Swiss Data Allliance ainsi que les préposés à la protection des données demandent au Parlement de la rejeter en bloc. Pour eux, la loi est affaiblie et trop compliquée. Elle entraînerait plus de coûts pour les entreprises et n'apporte aucune amélioration substantielle.

Selon Christian Laux de Swiss Data Alliance, la nouvelle loi est trop longue et compliquée. Elle implique plus de règles pour les entreprises sans apporter d'avantages significatifs pour les particuliers.

Articles en relation

Les noms d'employés ne seront pas transmis

Justice - échange de données Le Tribunal fédéral a refusé de transmettre aux Etats-Unis des noms d'employés de banque dans le cadre de l'assistance administrative. Plus...

L'EPFL crée un centre pour la cybersécurité

Vaud L'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne lance le «Center for Digital Trust» qui travaillera sur la cybersécurité et la protection des données, entre autres. Plus...

Plus d'un million d'usagers Uber piratés en 2016

France Uber a recensé «environ 1,4 million de passagers et de chauffeurs» en France touchés par le piratage des données survenu fin 2016. Plus...

Berne échangera ses données avec Wellington

Données bancaires Le Conseil des Etats a accepté cette transmission malgré la question des rentes des Suisses retraités installés en Nouvelle-Zélande. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Woody Allen dans la tourmente de l'affaire Weinstein, paru le 20 janvier 2018.
(Image: Vallott) Plus...