Testament important pour 75% des Suisses

SuisseChaque année, quelque 70 milliards de francs sont légués, en Suisse.

Pour 32% des sondés, la rédaction d'un testament va de soi. (Photo d'illustration)

Pour 32% des sondés, la rédaction d'un testament va de soi. (Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Environ trois quarts des Suisses considèrent comme important de rédiger un testament, révèle un sondage. Mais pour le moment, seul un quart des personnes interrogées l'ont fait.

Chaque année en Suisse, quelque 70 milliards de francs sont légués. L'organisation à but non lucratif MyHappyEnd a publié mercredi un sondage à ce sujet, en vue de la Journée internationale du testament de jeudi.

Les sondés sont 36% à considérer comme très important de faire un testament et 38% comme assez important. Mais seules 26% des personnes interrogées en ont déjà rédigé un.

Pas de testament pour une personne sur cinq

Les sondés sont 16% à prévoir de faire un testament dans un avenir prévisible et 34% le feront «un jour». Un cinquième des gens veulent en revanche y renoncer.

A la question de savoir pourquoi ils veulent rédiger un testament, 58% des personnes ont invoqué la sécurité de leurs partenaires et enfants ainsi que d'autres membres de leur famille. Pour 32% des sondés, la rédaction d'un testament va de soi et 30% estiment important de savoir ce qu'il va advenir de leur héritage. Enfin, 28% des personnes veulent de cette manière éviter des disputes liées à l'héritage.

Seuls trois pour cent ont déclaré vouloir «faire le bien» au moment de penser à leur succession, en mentionnant des organisations caritatives en plus de leur propre famille. Près de 70% des personnes interrogées savent que le droit suisse des successions prévoit explicitement cette possibilité. Ainsi, 39% pourraient imaginer le faire.

Soutenir une cause

Au nom de plus de 20 organisations caritatives, l'association MyHappyEnd a pour objectif de parler ouvertement de sujets tabous tels que la mort et l'héritage. En laissant la personne libre de déterminer ce qu'elle veut faire d'une partie de son héritage, le législateur lui permet de soutenir une cause si elle le souhaite, souligne l'organisation.

L'enquête en ligne a été réalisée par l'Institut Demoscope pour le compte de MyHappyEnd. Entre le 20 juillet et le 6 août, 1067 personnes, âgées de 45 ans et plus, originaires de Suisse alémanique et romande, ont été interrogées. (ats/nxp)

Créé: 12.09.2018, 08h46

Articles en relation

Succession: la part des héritiers devrait diminuer

Suisse Le Conseil fédéral propose de réduire la part légale de l'héritage des descendants afin de laisser à l'auteur d'un testament plus de liberté pour disposer de ses biens. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...