Passer au contenu principal

Diagnostic préimplantatoire«Pas de tests génétiques pour créer des bébés sauveurs!»

Débat vif et émotionnel en vue. Le Conseil fédéral entrouvre la porte au diagnostic préimplantatoire (DPI). Cette possibilité restrictive proposée par le Conseil fédéral est équilibrée, affirme Alain Berset. Interview.

"J’ai beaucoup de respect et une certaine retenue face à ce débat", glisse Alain Berset.
"J’ai beaucoup de respect et une certaine retenue face à ce débat", glisse Alain Berset.
Keystone

Le diagnostic préimplantatoire (DPI) devrait être autorisé pour les couples qui risquent de transmettre une maladie héréditaire grave à leur futur enfant. Le Conseil fédéral veut entrouvrir cette possibilité. D'ici au printemps prochain, le Département fédéral de l'intérieur (DFI) est chargé d'élaborer un projet de loi. «La réglementation telle que nous la prévoyons ne concernera pas plus de 100 cas par année», a précisé Alain Berset qui s’attend à un vif débat.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.