Le TF nie le caractère abusif d'un congé

SuisseUn bailleur a obtenu gain de cause auprès du Tribunal fédéral. Résiliant un contrat au motif que son fils allait occuper l'appartement, il avait remis le bien en location, majoré de 650 francs.

L'appartement d'une locataire qui avait reçu son congé a été remis sur le marché avec un loyer augmenté de 650 francs.

L'appartement d'une locataire qui avait reçu son congé a été remis sur le marché avec un loyer augmenté de 650 francs. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Tribunal fédéral admet le recours d'un bailleur condamné à des dommages-intérêts après la résiliation d'un appartement. Le congé avait été jugé abusif par l'instance précédente. En effet, le logement avait été reloué bien que le propriétaire ait indiqué qu'il l'utiliserait pour son usage propre.

Dans une première procédure, le Tribunal des baux du canton de Zurich avait admis la résiliation du contrat car le propriétaire avait annoncé que son fils allait occuper l'appartement. Quelques mois après son départ, l'ancienne locataire avait constaté sur internet que l'objet avait été remis sur le marché avec un loyer augmenté de 650 francs.

La locataire était alors retournée devant le Tribunal des baux afin d'obtenir des dommages-intérêts fondés sur le caractère abusif de ce congé. Le verdict, confirmé par la Cour suprême du canton de Zurich, lui avait alloué quelque 11 000 francs.

Question de procédure

Lors d'une audience publique, la 1e Cour de droit civil du Tribunal fédéral a admis mardi le recours du propriétaire et annulé la décision zurichoise. Par quatre voix contre une, elle a estimé que la locataire ne pouvait pas agir par la voie d'une action en dommages-intérêts dans le cadre d'une affaire qui avait déjà fait l'objet d'un jugement définitif.

Les juges majoritaires ont souligné que la procédure civile ne permet de demander la révision d'un jugement que si des faits existants au moment de la procédure ne parviennent que plus tard à la connaissance des parties.

La juge minoritaire a plaidé en vain que le Tribunal fédéral ne devait pas cautionner le comportement abusif d'un propriétaire. Elle a estimé que les deux actions devant le Tribunal des baux étaient différentes et que la force de chose jugée du premier jugement portait uniquement sur l'état de fait qui était soumis dans cette action.

Selon elle, seule une nouvelle procédure pour résiliation abusive - car fondée sur un motif inexistant - permettait à la locataire d'obtenir un résultat concret, à savoir une indemnité financière, puisqu'une prolongation du bail n'était plus d'actualité. (arrêt 4A_563/2017 du 19 février 2019) (ats/nxp)

Créé: 19.02.2019, 13h11

Articles en relation

Comment juger si un loyer est abusif ou non

Suisse Est reconnu comme abusif un loyer qui permet au bailleur d'obtenir un rendement excessif. Mais la loi ne définit pas précisément les critères. Plus...

Un logement à louer «pas pour des musulmans»

Zurich Un bailleur ne voulait pas de musulmans pour son logement, au prétexte qu'ils chantent trop. Son annonce tombe sous le coup de la loi pénale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.