Le TF rejette le recours d'un proche aidant

SuisseUne femme paraplégique, soignée par son mari, ne peut être indemnisée au sens de l'assurance maladie, que si son époux est infirmier.

Le TF rappelle que sont pris en charge par l'assurance maladie les soins fournis sur prescription ou mandat d'un médecin.

Le TF rappelle que sont pris en charge par l'assurance maladie les soins fournis sur prescription ou mandat d'un médecin. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un proche aidant ne peut pas être indemnisé pour des examens et traitements au sens de l'assurance maladie s'il ne dispose pas d'une formation d'infirmier. Le Tribunal fédéral a rejeté le recours d'une femme paraplégique qui est soignée par son mari.

Clouée à la maison depuis décembre 2015, la recourante était assistée par un service d'aide et soins à domicile et par son mari. Dès le 1er janvier 2017, ce dernier a été engagé par un tel service en qualité de proche aidant.

Le service, qui est reconnu par le canton, a déposé une demande de prise en charge des coûts auprès de l'assurance maladie pour les soins apportés par le mari. La caisse a accepté de rembourser les prestations relevant de l'évaluation, du conseil, de la coordination et des soins de base. En revanche, elle a refusé de prendre en charge les coûts relevant des examens et des traitements parce que l'époux ne disposait pas de la formation nécessaire.

Dans un arrêt publié mercredi, le Tribunal fédéral confirme la position de l'assureur. En préambule, il rappelle que sont pris en charge par l'assurance maladie les soins fournis sur prescription ou mandat d'un médecin. Dans le cadre des soins à domicile, ce sont des infirmières ou des organismes spécialisés qui apportent ces soins.

Distinction dans la loi

La cour précise que, face au silence de la loi concernant la formation minimale du personnel de ces organismes, la direction de ces derniers disposait d'une certaine marge d'appréciation. Dans sa jurisprudence, l'ancien Tribunal fédéral des assurances a aussi admis que des membres de la famille pouvaient prodiguer des soins de base. A cet effet, une «certaine formation» suffit.

En revanche, la législation opère une distinction entre les prestations d'évaluation, de conseil et de coordination - pour lesquelles les intervenants non professionnels sont mentionnés - et les mesures d'examen et de traitement réservées au personnel infirmier et aux services d'aide et soins à domicile.

Pour le Tribunal fédéral, cette distinction implique que les services d'aide et soins à domicile doivent aussi utiliser du personnel infirmier pour les examens et les traitements.

Une solution différente entraînerait une discrimination au détriment des infirmières en pratique indépendante qui visitent leurs patients: une formation supérieure est exigée de celles-ci alors que les services à domicile pourraient confier des soins complexes à des personnes peu formées. (arrêt 9C_187/2019 du 18 avril 2019) (ats/nxp)

Créé: 08.05.2019, 12h57

Articles en relation

Fossé gauche-droite sur les proches aidants

Suisse Deux camps s'affrontent sur le projet du gouvernement pour financer les personnes s'occupant d'un enfant ou d'un adulte. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.