Passer au contenu principal

TGV pour Paris: tarifs pour le moins étranges

De nombreux passagers s'offusquent que le prix au départ de Bâle soit bien plus cher qu'au départ de Zurich. Il en va de même pour Vallorbe, plus cher que Lausanne.

Mieux vaut vérifier les tarifs au départ des villes suisses quand on prend le TGV pour Paris.
Mieux vaut vérifier les tarifs au départ des villes suisses quand on prend le TGV pour Paris.
Keystone

Les tarifs des TGV à destination de Paris suscitent la grogne des usagers alémaniques, relaie jeudi ««20 Minuten»». En effet, certains râlent devant le prix du voyage Bâle-Paris, qui coûte 199 francs (avec le demi-tarif); soit 50 francs de plus que le trajet Zurich-Paris (149 francs), qui rallie pourtant la capitale française avec le même train.

La situation est la même en Suisse romande. Si un voyageur veut aller à Paris depuis Lausanne en passant par Vallorbe, il doit payer 113 francs pour un aller simple (avec 1/2 tarif). S'il veut partir depuis Vallorbe seulement, avec le même train, le tarif grimpe à 165 francs. Il est donc plus avantageux de réserver son billet depuis Lausanne, même si on monte dans le TGV à Vallorbe seulement. Ce qui est contraire à toute logique.

Les CFF déclinent toute responsabilité

«Est-ce que les responsables de ces tarifs réalisent que ce genre de choses mettent les gens en colère?» critique un usager. «Pourquoi les CFF n'interviennent-ils pas?» proteste un autre. Dans le forum en ligne, les CFF déclinent toute responsabilité. Les prix du TGV sont en grande partie déterminés par la France et des différences de prix peuvent donc apparaître sur différentes lignes, avancent-ils.

Selon un porte-parole des CFF, Christian Gising, les prix sont définis par TGV Lyria en fonction du marché. Côté suisse, explique-t-il, les CFF se contentent d'octroyer le rabais demi-tarif sur le tronçon suisse effectué. Les passagers près de frontières, comme Bâle ou Vallorbe n'en bénéficient donc pas.

Mais les CFF ne sont pas en mesure d'expliquer pourquoi une réduction de 50 francs est appliquée sur le billet Zurich-Paris par rapport au Bâle-Paris, alors que le trajet entre les deux villes suisses coûte seulement 34 francs. Du coup, Karin Blättler, présidente de l'association des voyageurs Pro Bahn Suisse est fâchée: «Nous ne pouvons pas et ne voulons pas accepter une telle politique de prix», indique-t-elle dans «20 Minuten».

En outre, estime-t-elle, ce manque de transparence dans les tarifs n'incite pas les voyageurs à prendre le train, ce qui est regrettable dans le contexte actuel des discussions autour du climat.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.