Passer au contenu principal

Toni Brunner plaide pour une Suisse libre

Toni Brunner, président de l'UDC, a rappelé l'importance des valeurs d'indépendance de la Suisse lors de son discours du 1er Août.

Le président de l'UDC a prévu de prononcer deux autres discours à l'occasion de la Fête nationale.
Le président de l'UDC a prévu de prononcer deux autres discours à l'occasion de la Fête nationale.
Keystone

A l'occasion de son discours du 1er août à Häfelfingen (BL), Toni Brunner, président de l'UDC, a plaidé pour «une Suisse libre». Il a rappelé l'importance des valeurs d'indépendance et de responsabilité pour notre pays.

Ces valeurs sont ancrées dans l'histoire suisse. Le pacte de 1291 signifiait déjà qu'il fallait prendre son destin en main, a déclaré le conseiller national saint-gallois.

«La démocratie directe reflète notre volonté d'autodétermination: à part en Suisse, où le peuple peut-il lancer des référendums ou changer la Constitution?». Cela vaut aussi pour la neutralité armée, qui permet à la Suisse de rester en dehors des conflits, a-t-il poursuivi.

Critique de l'UE

Et de citer comme exemple la crise en Ukraine. La Suisse ne devrait pas s'associer aux sanctions contre la Russie, mais plutôt servir d'intermédiaire entre les parties au conflit, selon M. Brunner.

Il en a également profité pour fustiger les négociations entre la Confédération et l'UE sur un accord-cadre institutionnel. Un tel accord équivaudrait «de facto à une adhésion à l'UE», a-t-il prévenu.

Le président de l'UDC a prévu de prononcer deux autres discours à l'occasion de la Fête nationale, l'un à Neuhenhof (AG) et l'autre à Blatten (VS).

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.