«Il y a toujours trop de compagnies en Europe»

Transport aérienLe chef de Swiss évoque les perspectives d'avenir des petites compagnies. Et cite l'exemple de Belair, filiale helvétique d'Air Berlin.

Selon Thomas Klühr, le processus de consolidation de la branche de l'aviation va se poursuivre.

Selon Thomas Klühr, le processus de consolidation de la branche de l'aviation va se poursuivre. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le chef de Swiss, Thomas Klühr, ne croit pas à l'avenir de Belair qui a trouvé début janvier un repreneur allemand. Le directeur général ne veut pas «être arrogant» mais il voit peu de chances d'avenir pour les petites compagnies à moyen ou long terme.

Pour réussir dans la branche, il est nécessaire de faire des investissements importants dans les avions, dans la numérisation et dans les canaux de vente, a déclaré Thomas Klühr dans une interview à la SonntagsZeitung. Swiss, qui est en mains du groupe allemand Lufthansa, est «une marque très forte» et bénéfice du fait que les Suisses sont très friands de voyage. Toutefois, Swiss n'aurait pas la capacité de survivre en Europe, si elle ne faisait pas partie d'un grand groupe, a ajouté le directeur général.

Belair, filiale helvétique d'Air Berlin, a été rachetée en janvier par la firme allemande SBC, spécialisée dans l'assainissement et la restructuration d'entreprises. La filiale suisse d'Air Berlin avait cessé ses activités fin octobre et ouvert une procédure de liquidation.

Processus de consolidation

Selon Thomas Klühr, le processus de consolidation de la branche de l'aviation va se poursuivre. Il y a toujours trop de compagnies en Europe, estime l'Allemand.

Aux Etats-Unis, les cinq plus grands transporteurs aériens ont une part de marché de 69%. En Europe, les leaders du marché n'ont que 43%. De nombreuses petites compagnies se battent et cherchent des partenaires, a expliqué le chef de Swiss. Le processus de consolidation prend du temps en raison d'intérêts nationaux.

Pour 2018, le directeur général de Swiss se montre très confiant pour la compagnie. «Si l'année se déroule comme prévu, on va s'acheminer vers un nouveau record de passagers transportés». En 2017, le chiffre d'affaires de Swiss a progressé de 3,2% à 4,95 milliards de francs. Le bénéfice d'exploitation (EBIT) a bondi de 31% à 561 millions.

Repas gratuits

Dans l'interview, le chef de Swiss s'est exprimé aussi sur le fait que la compagnie ne servira plus de repas gratuits à bord pour les passagers de la classe éco voyageant avec le tarif light depuis Genève à partir de fin mai. Les passagers devront payer un supplément pour se restaurer.

Le tarif light s'adresse à des clients voyageant uniquement avec un bagage en cabine et concerne des vols court-courrier. La compagnie a développé avec cette gamme un produit tarifaire très bon marché pour tenir tête aux compagnies low cost, a déclaré Thomas Klühr. «On va voir comment ce nouveau concept de repas évolue à Genève», a-t-il ajouté.

Swiss perd de l'argent avec ses vols à Genève. Elle compte revenir à l'équilibre d'ici à fin 2018 en Suisse romande, avait déclaré son directeur à fin décembre.

(ats/nxp)

Créé: 22.04.2018, 11h38

Articles en relation

Un Airbus de Swiss bloque l'aéroport de Mumbai

Inde Un avion de Swiss a connu une panne de réacteur au décollage à l'aéroport de Mumbai. La piste principale a été paralysée durant une demi-heure. Plus...

Swiss pourrait être supplanté à Genève

Suisse Le patron de Swiss n'exclut pas le scénario d'un remplacement de la compagnie à Genève par la filiale à bas coût de Lufthansa, Eurowings, début 2019. Plus...

Swiss prive des clients de snacks gratuits

Genève Partant ou arrivant à Genève, les passagers de la classe «éco» voyageant avec le tarif «Light» devront payer pour manger. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...