Toujours plus de personnes sans religion

SuisseSelon des chiffres de l'Office fédéral de la statistique, la religion a de moins en moins la cote en Suisse.

Le catholicisme et le protestantisme ne cessent de perdre des fidèles.

Le catholicisme et le protestantisme ne cessent de perdre des fidèles. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les personnes sans religion sont toujours plus nombreuses en Suisse. Leur part a connu la plus forte progression entre 2010 et 2018 et se monte désormais à 25% de la population, selon l'Office fédéral de la statistique (OFS). Les communautés musulmanes ont, elles, progressé de 0,8 point seulement.

En 1970, les catholiques romains (46,7%) et les protestants (48,8%) représentaient quasiment 100% de la population suisse, rappelle jeudi sur son site internet l'OFS. Depuis lors, ces deux confessions ne cessent de perdre des fidèles.

Diminution du nombre de catholiques

L'Église réformée ne représente aujourd'hui plus que 24,4% de la population et l'Église catholique romaine 36,5%. Entre 2010 et 2018, le nombre de catholiques a encore diminué de 3 points et celui de protestants de 5 points.

Les divers autres groupes évangéliques, comme les congrégations pentecôtistes et adventistes, les églises orthodoxes et les autres communautés chrétiennes représentent 5,8% de la population suisse. C'est plus que les musulmans (5,2%). Seules 0,3% des personnes résidant en Suisse se disent juives, soit moins que les bouddhistes et les hindous, qui ont des parts de 0,5% et 0,6% respectivement.

Musulmans peu pratiquants

La catégorie connaissant la plus forte croissance est celle sans confession. Elle a augmenté de 8 points en huit ans pour atteindre 25% des habitants de Suisse. L'absence de religion est particulièrement fréquente chez les immigrants d'Océanie (71%), de France (55%) et d'Allemagne (50%). Vingt-deux pour cent des Suisses se disent sans religion. Et seule une personne sur dix issues des Balkans ou d'Afrique subsaharienne renonce à la religion.

Du côté de la pratique, les sans religion sont sans surprise les moins assidus aux services religieux. Plus de 80% d'entre eux n'ont assisté à aucun événement religieux au cours des douze derniers mois.

Les musulmans arrivent en deuxième position, 46% d'entre eux n'ayant pas participé à un service religieux collectif durant la même période et 40% d'entre eux n'ayant pas prié. À l'opposé, les membres des autres communautés évangéliques sont les plus pieux: 72% d'entre eux ont suivi un office religieux au moins une fois par semaine et 51% prient tous les jours.

Femmes plus croyantes

Les femmes prient par ailleurs plus que les hommes. Elles sont 35% à le faire tous les jours, contre 20% pour les hommes. Elles sont en outre plus enclines à adhérer à diverses croyances: 58% d'entre elles croient par exemple que des anges ou des êtres surnaturels veillent sur nous (37% des hommes).

Enfin, plus d'une personne sur deux (56%) considère que la religion ou la spiritualité joue un rôle dans les moments difficiles de la vie et 47% en cas de maladie. Près d'une sur six se réfère encore à la religion lorsqu'il s'agit de sexe ou de voter. (ats/nxp)

Créé: 30.01.2020, 15h42

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.