Passer au contenu principal

Sur les traces de cinq Genevois radicalisés

La police a tenté de retenir certains jeunes soupçonnés de vouloir partir en Syrie. Mais le système a ses limites.

Souvent, le chemin du djihad passe par la Turquie et l’aéroport d’Istanbul.
Souvent, le chemin du djihad passe par la Turquie et l’aéroport d’Istanbul.
OZAN KOSE/AFP

Trois personnes établies dans le canton sont soupçonnées d’avoir pris ces derniers mois le chemin du djihad vers la Syrie ou l’Irak. En un an, le nombre de départs de Genevois s’élève à cinq, à notre connaissance. Qui sont-ils? Quels sont leurs liens? Leur parcours? Certains se trouvaient dans le collimateur des autorités, qui ont tenté, en vain, de les retenir (lire ci-après). Leurs proches, très inquiets, confient leur impuissance.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.