«On traitera l'e-cigarette comme les autres produits du tabac »

Santé publiqueAlain Berset a mis en consultation un projet qui permet d'autoriser la vente de e-cigarette avec nicotine en Suisse. Il veut aussi limiter la publicité pour le tabac pour protéger les jeunes. Interview.

Pour Alain Berset, la situation hybride de la e-clope en Suisse n’est pas satisfaisante.

Pour Alain Berset, la situation hybride de la e-clope en Suisse n’est pas satisfaisante. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les adeptes du vapotage devraient pouvoir se procurer du liquide contenant de la nicotine pour leur e-cigarette. Le Conseil fédéral a mis mercredi 21 mai en consultation jusqu'au 12 septembre le projet de nouvelle loi sur les produits du tabac. La vente de cigarettes électroniques avec nicotine sera autorisée en Suisse, ce qui permettra de fixer des exigences sur la composition, la déclaration et l'étiquetage. Mais elle sera associée à une clope normale et donc interdite de vente au moins de 18 ans. Pourquoi ce choix? Interview avec le conseiller fédéral Alain Berset, chef du département fédéral de l'Intérieur.

24 heures - Pourquoi inclure désormais l'e-cigarette dans la nouvelle loi sur les produits du tabac? N'est-ce pas proposer aux Suisses un nouveau produit nocif?

Alain Berset: La cigarette électronique est désormais une réalité en Suisse. Et la question qui se pose est: comment doit-on la réglementer? Nous ne sommes pas les seuls à nous interroger. Les pays qui nous entourent aussi. Et nous sommes arrivés à la conclusion qu’il fallait la traiter comme les autres produits du tabac, c'est-à-dire les autoriser à la vente, y compris celles qui contiennent de la nicotine. Mais nous avons aussi estimé qu'il fallait la soumettre aux mêmes conditions, soit en restreignant la publicité à son égard et en interdisant sa vente aux mineurs de moins de 18 ans.

N'est-ce pas une façon de cautionner l'e-cigarette et dire aux gens qu'elle est moins nocive que la cigarette traditionnelle?

Non, ce n’est pas ce que nous voulons dire. Nous essayons de proposer une réglementation qui soit claire, y compris pour la cigarette électronique. Nous connaissons aujourd'hui une situation hybride qui n’est pas satisfaisante puisqu’on ne peut pas vendre en Suisse de e-cigarette avec nicotine mais en revanche on peut en importer pour sa consommation personnelle. Ceci n’est pas tenable à long terme et il faut donc clarifier cette situation.

Dans le projet de nouvelle loi sur les produits du tabac mis en consultation, vous allez aussi restreindre davantage la publicité pour la cigarette en général. Quel est votre objectif?

Notre objectif est de protéger les plus jeunes pour qu’ils ne deviennent pas fumeurs. Car une étude allemande l'a récemment démontré: les jeunes ont 46% de chances en plus de fumer s'ils sont exposés à la publicité sur le tabac. On sait aussi que si l'on commence à fumer avant 20 ans, on reste très probablement fumeur toute sa vie. Ce qui a des conséquences très élevées en Suisse. Il y a chaque année de nombreuses morts dues à la fumée, nous avons des coûts de plus de 1,2 milliard de francs par année à la charge de l’assurance maladie. C’est donc une question de santé publique.

Pourtant, vous autorisez le parrainage publicitaire dans des festivals et des open air d'importance nationale, soit des manifestations prisées des jeunes. N'y a-t-il pas là un paradoxe?

Nous avons surtout cherché un équilibre en privilégiant les intérêts de la santé publique - avec une nette restriction de ce qui est possible aujourd’hui en termes de publicité pour le tabac - mais sans aller jusqu’à une interdiction totale comme dans d’autres pays, afin de tenir compte également des intérêts de l’économie. Nous voulons interdire la publicité au cinéma, dans les journaux, etc, mais laisser la possibilité de parrainage dans les festivals. Je crois que c'est une mesure équilibrée d'autant qu'elle est liée avec la nouvelle interdiction de pratiquer le démarchage direct auprès des jeunes.

L’industrie du tabac représente aussi des rentrées fiscales qui profitent à de nombreux cantons. Vous ne voulez pas fâcher la branche?

Ce n’est pas une question de privilégier un intérêt par rapport aux autres. Les rentrées fiscales que nous enregistrons sont liées à la vente de cigarettes et de tabac. Nous savons aussi qu’il y a un lien entre le prix des cigarettes et leur consommation. Mais je crois que nous allons avoir un débat assez long, d'abord avec les cantons puis au Parlement. Et à la fin, il faudra trouver un équilibre entre les intérêts de santé publique et les intérêts économiques.

Créé: 21.05.2014, 16h41

Articles en relation

Berne donne son feu vert à l'e-cigarette avec nicotine

Loi sur le tabac S'ils ont plus de 18 ans, les adeptes du vapotage devraient pouvoir se procurer du liquide contenant de la nicotine pour leur e-cigarette. Plus...

New-York interdit l'e-cigarette dans les lieux publics

Fumée Depuis mardi, le vapotage est interdit dans les restaurants ou encore les parcs. L'âge légal pour l'achat de tabac ou de cigarettes électroniques va être relevé à 21 ans. Plus...

Sa clope électronique explose en voiture

Lausanne Frayeur pour un Lausannois qui voulait rejoindre la communauté des vapoteurs: l’objet en surchauffe a endommagé son automobile. Depuis, il a repris la clope! Plus...

La cigarette électronique est surtout prisée des jeunes

Vapotage La cigarette électronique est largement connue, mais son usage reste limité en Suisse. Plus...

Les pneumologues disent non à l'e-cigarette

Santé Les cigarettes électroniques contenant de la nicotine doivent rester interdites en Suisse, exigent les pneumologues. On ne connaît pas assez, pour l'heure, les risques ou avantages des «e-cigarettes», selon eux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.