«Traquer les assurés au GPS, c’est inacceptable»

RéférendumLe peuple votera sur la loi qui autorise les détectives dans les assurances. Les opposants tiennent leurs 50'000 signatures.

Lisa Mazzone (GE), vice-présidente des Verts, soutient le référendum.

Lisa Mazzone (GE), vice-présidente des Verts, soutient le référendum. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le peuple aura le dernier mot sur la surveillance des assurés. Le référendum sera déposé le 5 juillet, mais les opposants à la loi annoncent ce mardi avoir les signatures nécessaires. 55'000 paraphes en deux mois: un coup de maître pour ces citoyens qui ont démarré leur combat par un coup de gueule sur les réseaux sociaux, sans soutien politique. Vu leur succès, la gauche s’est finalement ralliée. Pour Lisa Mazzone (Verts/GE), c’est une nouvelle façon de faire de la politique. Interview.

Avez-vous douté de la réussite de ce référendum?
Non. Avant de lancer le référendum, ce groupe de citoyens avait mobilisé plus de 10'000 personnes via les réseaux sociaux, qui s’étaient dits prêts à récolter les signatures. Leur message était clair: la loi va trop loin, il faut dire stop à cette intrusion grave dans la vie privée. Le pari est réussi: le peuple votera!

Est-ce une nouvelle façon de faire de la politique?
Ce groupe de citoyens a joué un rôle primordial, avec une mobilisation d’un nouveau type. Ils ont réussi aussi à secouer les partis politiques qui ne se lançaient pas, faute de moyens notamment. Cet engagement citoyen est exemplaire. Grâce aux réseaux sociaux, ils réinventent la démocratie. Tant mieux, si cela bouscule les partis.

La campagne ne sera pas facile. Vous devrez défendre les droits de fraudeurs…
Nous devrons expliquer que le projet est totalement disproportionné. Veut-on vraiment déployer plus de moyens pour surveiller les assurés qu’on ne le fait pour les criminels? Traquer les assurés au GPS, c’est inacceptable. Les assurances pourraient aussi mener des surveillances sans l’aval d’un juge jusqu’à travers la fenêtre de notre chambre à coucher. À l’heure où les scandales s’accumulent sur la protection des données, ces questions trouveront certainement un écho. Ce projet est contraire à nos valeurs constitutionnelles.

La gauche est-elle vraiment prête à s’engager?
Certainement! Maintenant qu’une votation est programmée, je pense que la mobilisation de la gauche sera totale. Nous serons aussi actifs dans la campagne que nous l’avons été lors des débats au Parlement, où nous avons combattu le texte avec toute notre conviction. (24 heures)

Créé: 05.06.2018, 17h56

Articles en relation

La traque aux fraudeurs avec GPS et drones fait mouche

Assurances sociales Un sondage de Tamedia montre un large soutien à la loi sur la surveillance des assurés, combattue par référendum. Plus...

L’opposition à la surveillance des fraudeurs prend de l’ampleur

Assurances sociales Après les Jeunes Verts, des ténors du Parti socialiste et des Verts appellent à soutenir le référendum lancé par des citoyens. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.