Passer au contenu principal

Les travailleurs sociaux face à la radicalisation des jeunes

La Fondation genevoise pour l’animation socioculturelle a organisé une passionnante journée de réflexion.

Salle Antoine-Verchère. Route de Meyrin 297. Journée de formation des travailleurs sociaux contre la radicalisation. © Olivier Vogelsang / Tamedia
Salle Antoine-Verchère. Route de Meyrin 297. Journée de formation des travailleurs sociaux contre la radicalisation. © Olivier Vogelsang / Tamedia

Face au mal-être des jeunes, ils sont en première ligne dans les maisons de quartier, les centres de loisir et à travers le travail social hors murs (TSHM). Les questions des adolescents portent ces temps sur le terrorisme ou l’islam. Les travailleurs sociaux, qui suivent l’évolution de certains d’entre eux, tentent de savoir si certains comportements, comme le refus de serrer la main d’une femme, l’affichage de signes religieux extérieurs, etc., constituent de «vrais» signes de radicalisation ou les habits du jour de l’éternel défi que l’adolescence lance aux adultes.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.