Le Tribunal fédéral rejette la plainte de Vasella

JusticeLa Jeunesse socialiste (JS) n'a pas franchi les limites du droit à la satire en présentant un photomontage qui montrait l'ex-patron de Novartis presque totalement dénudé. La plus haute instance judiciaire l'a débouté.

Daniel Vasella, ex-patron de Novartis, a été débouté par le Tribunal fédéral.

Daniel Vasella, ex-patron de Novartis, a été débouté par le Tribunal fédéral. Image: ARCHIVES/Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans sa campagne en faveur de l'initiative «1:12» contre les salaires abusifs, la Jeunesse socialiste avait publié un photomontage. Celui-ci montrait Daniel Vasella, Brady Dougan et Oswald Grübel nus côte à côte.

Les trois PDG et ex-PDG étaient représentés dans le plus simple appareil, le sexe restant cependant à l'abri des regards. La figure de Daniel Vasella prenait une pose crispée et cachait pudiquement son sexe dans ses mains.

Selon le TF, un tel photomontage porte atteinte au droit à l'image et ternit la considération professionnelle et sociale de Daniel Vasella. Toutefois, comme il s'agit d'une satire, les limites de la liberté d'expression sont plus larges et les frontières de l'acceptable ne sont, en l'occurrence, pas franchies.

Le débat politique suscité par les très hauts salaires est devenu de plus en plus virulent ces dernières années, souligne l'arrêt du TF. A plusieurs reprises, Daniel Vasella s'est exprimé sur ce thème et s'est placé lui-même, dans une certaine mesure, au cœur de la discussion.

«Tout juste tolérable»

Par conséquent, puisque le photomontage ne le visait pas en tant que simple particulier mais comme une figure de l'économie percevant un très haut salaire, l'atteinte reste «tout juste tolérable».

«Le verdict n'est pas seulement une victoire de la Jeunesse socialiste, c'est avant tout une victoire pour tout le monde. On pourra continuer à critiquer impunément les puissants», affirme Fabian Molina, président de la JS Suisse.

Dans un communiqué diffusé mardi, la JS s'en prend à l'attitude de Daniel Vasella. Elle lui reproche d'avoir «poussé sa tentative de censure jusqu'au Tribunal fédéral, après avoir porté plainte contre la JS, probablement par rage contre l'initiative pour des salaires justes».

Des précédents

Ce n'est pas la première fois que le TF doit se prononcer sur des plaintes de personnalités irritées par des photomontages peu flatteurs. En janvier dernier, il avait jugé que le quotidien Blick avait porté atteinte à la personnalité du chanteur alémanique Michaël von der Heide en le présentant comme une «tantouse».

Après son élimination du Concours Eurovision de la chanson en mai 2010, le journal l'avait ridiculisé. Il avait publié en première page un photomontage présentant le corps de la pulpeuse gagnante, l'Allemande Lena Meyer-Landrut, surmonté de la tête de Michael von der Heide avec le texte «on ne la veut plus, on veut aussi une Lena».

En 2011, l'ex-rédacteur en chef du Confédéré, Adolphe Ribordy, avait perdu définitivement son procès devant le TF. Il avait publié un texte illustré d'un photomontage montrant des portraits du conseiller national Oskar Freysinger et d'Adolf Hitler avec le slogan «Autrichiens, on a déjà donné». (ats/nxp)

Créé: 29.04.2014, 15h06

Articles en relation

Daniel Vasella défend son bonus de départ initial

Novartis L'ancien président de Novartis estime que l'indemnité de 72 millions de francs proposée en premier lieu était justifiée au regard des rendements qu'il avait généré. Plus...

Daniel Vasella a décidé de quitter la Suisse

Pharma L'ancien président de Novartis, Daniel Vasella, juge la Suisse «inconfortable pour lui», selon une source anonyme citée par le SonntagsBlick. Il déménage aux Etats-Unis. Plus...

Le patron de Novartis défend les indemnités de Vasella

NZZ am Sonntag Les 4,9 millions de francs alloués à l'ancien président de Novartis Daniel Vasella pour les services rendus durant 8 mois correspondent au «prix du marché» pour des leaders de son calibre. Plus...

Le visage de Daniel Vasella apparaissaît sur le personnage central de l'affiche photomontage de la Jeunesse socialiste, dans sa campagne en faveur de l'initiative «1:12» contre les salaires abusifs. (Image: DR)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.