Passer au contenu principal

Trois Nobel en deux ans dans la région lémanique

Avec le prix Nobel de physique attribué à Michel Mayor et Didier Queloz, les hautes écoles romandes tirent leur épingle du jeu.

Michel Mayor, après des études de physiques à l’Université de Lausanne, a fait l’essentiel de sa carrière à Genève. Doctorant de Michel Mayor en 1995, Didier Queloz est aujourd’hui professeur dans les Universités de Genève et de Cambridge.
Michel Mayor, après des études de physiques à l’Université de Lausanne, a fait l’essentiel de sa carrière à Genève. Doctorant de Michel Mayor en 1995, Didier Queloz est aujourd’hui professeur dans les Universités de Genève et de Cambridge.
DR

«Quand j’ai entendu cette nouvelle ce matin, je me suis dit que Michel Mayor et Didier Queloz méritaient tellement ce prix!» s’exclame la rectrice de l’Université de Lausanne, Nouria Hernandez. Cette consécration, c’est aussi celle de l’arc lémanique.

En 2017, Jacques Dubochet, de l’Université de Lausanne, a obtenu le Prix Nobel de chimie. La même année, la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN), à Genève, a décroché celui de la Paix. Rappelons également qu’en 2014, Martin Hairer, qui a étudié à l’Université de Genève, a remporté la Médaille Fields de mathématiques.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.