Passer au contenu principal

OrdonnanceLes troupeaux seront mieux protégés des prédateurs

Pour atténuer les conflits causés par le retour des grands prédateurs, la Confédération va mettre un peu plus la main au porte-monnaie.

La Confédération prendra en charge 80% des coûts des dégâts causés par des lynx (photo), des ours, des loups et des chacals dorés.
La Confédération prendra en charge 80% des coûts des dégâts causés par des lynx (photo), des ours, des loups et des chacals dorés.
Keystone

D'ici 2015, près de 3 millions seront attribués aux mesures de protection des troupeaux. Malgré les critiques de certains milieux, le Conseil fédéral a maintenu mercredi le cap dans la révision de l'ordonnance sur la chasse.

La Confédération prendra en charge 80% des coûts des dégâts causés par des lynx, des ours, des loups et des chacals dorés. Les dommages provoqués par des castors, des loutres et des aigles seront remboursés aux cantons à raison de 50%.

On dénombre actuellement une vingtaine de loups, 160 lynx et quelques ours bruns isolés. Même un chacal doré a été observé pour la première fois en Suisse. A l'avenir, les populations de ces animaux devraient croître, le loup étendant son territoire jusque dans le Jura, selon un rapport adopté par le gouvernement en réponse à des interventions parlementaires.

Pour prévenir les dégâts causés aux animaux de rente par les grands prédateurs, il est essentiel de protéger contre les loups (et localement contre les ours) les moutons et les chèvres montés aux pâturages. Dans les zones d'estivage, les chiens de protection des troupeaux spécialement éduqués constituent la protection la plus efficace.

Plus de chiens

Pour obtenir les subventions, les éleveurs devront respecter des conditions strictes. Actuellement, quelque 200 chiens de protection de troupeau sont ainsi recensés. Leur nombre devrait augmenter annuellement d'une quarantaine au cours des prochaines années.

Dans les surfaces agricoles, des modifications aux clôtures électriques existantes suffisent, d'après les auteurs du rapport. Il s'agit en particulier de protéger les ruches. Des améliorations aux enclos pour les ovins et les caprins pourront aussi être financées par la manne fédérale. En tout, l'enveloppe devrait doubler et atteindre 3 millions d'ici 2015.

La nouvelle réglementation entrera en vigueur le 1er janvier, en parallèle avec les ordonnances de la politique agricole 2014-17 fixant des contributions plus élevées pour les éleveurs participant au programme de protection des troupeaux.

Fauconnerie

L'ordonnance sur la chasse règle aussi précisément les conditions de détention de rapaces pour la chasse au vol, une vieille tradition inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO. Les oiseaux détenus, généralement des faucons, doivent avoir suffisamment l'occasion de voler librement, stipule le texte.

Lors de la consultation, les milieux agricoles avaient demandé davantage de moyens pour faire face aux prédateurs. Les organisations de protection de la nature évoquaient pour leur part d'autres pistes, comme la protection des troupeaux par des lamas.

Pro Natura salue la modification de l'ordonnance ainsi que le fait que le Conseil fédéral délie davantage sa bourse. Pour l'organisation de protection de l'environnement, cette décision rend la voie propice à un élevage des moutons durable en Suisse.

Pro Natura attend des cantons et des éleveurs de moutons qu'ils saisissent cette chance. A eux de récolter ces fonds et de les utiliser à bon escient, écrit l'organisation dans un communiqué.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.