Passer au contenu principal

«Je trouvais ridicule d’être en vie à mon âge»

Sauvé fortuitement de la mort par sa fille, un octogénaire reproche aux HUG de l’avoir forcé à suivre un traitement psychiatrique.

René Georges Stierlin, 88 ans, dans la cuisine de sa maison à Meyrin.
René Georges Stierlin, 88 ans, dans la cuisine de sa maison à Meyrin.
Georges Cabrera

C’est l’histoire d’un octogénaire qui a voulu mettre fin à ses jours et s’est retrouvé enfermé à Belle-Idée. Sept mois plus tard, de retour chez lui, il tient à dénoncer «l’arrogance de l’Hôpital» qui l’a «forcé» à suivre un traitement psychiatrique. «Ce n’est pas parce qu’on fait une tentative de suicide qu’on est cinglé! Pour ma part, mon passage à l’acte était un choix cartésien», s’emporte l’intéressé. S’il assure aujourd’hui qu’il ne récidivera pas par respect pour ses trois filles, il avoue espérer tous les soirs en se couchant ne jamais se réveiller.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.