Trump à Davos: «Les Etats-Unis vont très bien»

WEF 2018Jeudi, l'arrivée du président américain a bousculé la routine des tables rondes et discours consensuels qui rythment le Forum économique mondial.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Donald Trump est arrivé jeudi à Davos pour deux journées qu'il annonce «passionnantes». Il a souligné ses «excellentes relations» avec la première ministre britannique Theresa May et menacé de suspendre l'aide aux Palestiniens si ceux-ci ne négocient pas avec Israël.

«C'est très excitant d'être ici, nous sommes très contents. Les Etats-Unis vont très bien», a déclaré le président américain à son arrivée, en début d'après-midi, au Centre de Congrès de la station grisonne. Il a dit apporter un message de «paix et (de) prospérité».

«Immense respect»

Son arrivée a déjà bousculé la routine de tables rondes et discours consensuels qui rythment depuis mardi le Forum économique mondial (WEF). Les grands patrons, banquiers et décideurs politiques en tous genres, pourtant rompus à la fréquentation des puissants, ont tenté de le photographier avec leurs smartphones.

Le président américain a commencé par un entretien bilatéral avec Theresa May. Donald Trump a parlé de son «immense respect» pour celle qu'il avait attaquée avec virulence sur Twitter par le passé. La Première ministre britannique a abondé dans son sens. Tous deux ont vanté «l'excellente relation» entre Londres et Washington, pourtant sérieusement cabossée.

Menace aux Palestiniens

Donald Trump a aussi eu une rencontre très chaleureuse avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Il s'en est vivement pris aux dirigeants palestiniens, qui ont snobé la semaine dernière une visite du vice-président américain Mike Pence à Jérusalem.

«Ils nous ont manqué de respect, a déclaré Donald Trump. »Nous leur avons donné des centaines de millions« et »cet argent ne leur sera plus versé à moins qu'ils s'assoient et négocient la paix«, sous l'égide des Etats-Unis.

Selon lui, »il va se passer quelque chose«. »Nous avons un plan formidable, qui est fantastique pour les Palestiniens et pour Israël«, a ajouté Donald Trump, dont la décision de reconnaître Jérusalem comme capitale de l'Etat d'Israël a provoqué la colère du monde musulman.

«Surprise» attendue

Vendredi, le locataire de la Maison blanche doit rencontrer le président de la Confédération Alain Berset et son homologue rwandais Paul Kagamé.

Mais ce que Davos attend vraiment, c'est le discours prévu vendredi de l'ancien magnat de l'immobilier. »Ce qui est le plus fascinant chez lui, c'est sa capacité à surprendre et je suis sûr que nous serons surpris demain«, a déclaré l'ex-Premier ministre finlandais Alexander Stubb, désormais vice-président de la Banque européenne d'investissement.

Premier président américain à se rendre au WEF depuis Bill Clinton en 2000, Donald Trump n'y a pas que des ennemis. Sa récente décision de réduire le taux d'imposition des entreprises, la flambée de Wall Street et la robuste croissance des Etats-Unis ont de quoi plaire aux responsables financiers et aux PDG.

»Dans la gueule du loup«

Mais son discours protectionniste et ses sorties intempestives sur des sujets géopolitiques sensibles tranchent avec le ton très consensuel prisé à Davos. «C'est vrai que les gens apprécient le dynamisme des marchés et la réforme fiscale annoncée aux Etats-Unis, mais ils sont aussi très nerveux face aux tensions géopolitiques mondiales et donc partiellement à cause de Trump», a souligné auprès de l'AFP Robert Kaplan, analyste au Centre pour la nouvelle sécurité américaine.

Pour William Allein Reinsch, du Center for International and Security Studies, dire que Donald Trump »se jette dans la gueule du loup est une bonne métaphore«.

Risque de guerre des monnaies

Les déclarations de son secrétaire au Trésor sur le cours du dollar n'ont rien arrangé. Steven Mnuchin a envoyé l'euro à son plus haut niveau depuis trois ans en estimant mercredi qu'un dollar faible était »bon« pour les Etats-Unis, une bien mauvaise nouvelle pour les exportateurs européens.

«On ne joue pas avec les parités» des devises, a répliqué jeudi le ministre français des Finances Bruno Le Maire. Sans jamais citer M. Mnuchin, le patron de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a, lui, fustigé «la communication» de cette «autre personne» qui «ne se conforme pas aux termes convenus» depuis «des décennies» entre partenaires internationaux. (ats/nxp)

Créé: 25.01.2018, 19h15

Un «dollar fort»

Le président américain Donald Trump a assuré jeudi qu'il était en faveur d'un «dollar fort» après les propos de son secrétaire au Trésor Steven Mnuchin qui avaient fortement affaibli le billet vert.

L'euro, qui avait plus tôt dans la journée dépassé pour la première fois depuis 2014 le seuil symbolique des 1,25 dollar, s'est soudainement déprécié quand ces propos ont été rendus public et est repassé sous la barre des 1,24 dollar.

Le dollar «devrait être basé sur la force du pays, nous faisons si bien que notre pays redevient économiquement fort (...) et finalement je veux voir un dollar fort», a affirmé M. Trump interrogé par la chaîne CNBC au Forum économique de Davos (Suisse).

«Prêt» à faire la paix

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré jeudi à Davos que son pays était «prêt» à faire la paix avec les Palestiniens. Ceux-ci ont de leur côté rejeté les pressions de «l'oppresseur» Donald Trump.

«Oui, je suis prêt pour la paix, je l'ai expliqué au président Trump», a déclaré M. Netanyahu à quelques journalistes, peu après une rencontre avec le président américain au Forum économique mondial (WEF).

«Je lui ai réaffirmé ma volonté, et la volonté d'Israël, d'engager un effort pour parvenir à la paix avec les Palestiniens, un effort qui est renforcé par cette équipe très compétente», a-t-il ajouté, dans une allusion à l'administration américaine.

Galerie photo

En images, l'édition 2018 du WEF à Davos

En images, l'édition 2018 du WEF à Davos Le gotha du monde politique et économique a afflué dans la cité grisonne pour cette 48e édition. Avec Donald Trump en guest star.

Articles en relation

Arrivée de Trump: «On peut lui jeter des choses?»

WEF 2018 La venue du président américain à Davos (GR), jeudi, n'est pas passée inaperçue. Les réactions sont diverses. Plus...

Revivez tous les événements de la journée

WEF 2018 Le World Economic Forum s'est poursuivi jeudi, avec notamment l'arrivée du président américain. Plus...

Trump arrive à Davos en trouble-fête

WEF 2018 Le président américain arrive jeudi à Davos, grand-messe du libéralisme où il risque de jouer les trouble-fête. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.