Uber: les taxis suisses et européens ripostent

TransportsQuelque 165 centrales suisses et européennes pourraient être réunies dans l'application Taxi Europa. But: contrer Uber.

Ce projet ambitionne de relier virtuellement sur le continent plus de 65'000 véhicules et 200'000 chauffeurs.

Ce projet ambitionne de relier virtuellement sur le continent plus de 65'000 véhicules et 200'000 chauffeurs. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les taxis de villes européennes, notamment en Suisse, préparent la riposte à Uber. Quelque 165 centrales pourraient être réunies sous un même toit - Taxi Europa - avec une application mobile unique comme fer de lance, a appris AWP. Principal acteur genevois, Taxiphone est conquis. Taxi Services à Lausanne prendra sa décision cet été.

Ce projet ambitionne de relier virtuellement sur le continent plus de 65'000 véhicules et 200'000 chauffeurs, afin de mieux se profiler face aux applications de VTC (véhicule de tourisme avec chauffeur). «C'est un contrefeu partiel à ce que propose Uber. Et c'est déjà un beau pas en avant», affirme Jean Lazega, directeur de Taxi Services. L'union sacrée entre taxis européens a été esquissée fin mai à Luxembourg, lors du salon Eurocab 2019.

Taxi Europa

La collaboration vise à concentrer les moyens financiers pour améliorer la visibilité - notamment les référencements sur les moteurs de recherche - de la solution Taxi.eu, lancée en 2012. L'application mobile sera rebaptisée Taxi Europa, le même nom que celui de la société qui gérera la plateforme et dont les centrales seront actionnaires.

Après des années de combats à l'échelle locale, ces acteurs historiques ont décidé d'engager un bras de fer au niveau européen avec Uber. «A Genève, nous avons perdu 20% de parts de marché après l'arrivée d'Uber en 2014», déplore Cédric Bouchard, le patron de Taxiphone. «Nous sommes en train de revenir dans les chiffres grâce à notre pugnacité, notre offre diversifiée et la régularité des prix de nos prestations», assure-t-il.

Son homologue lausannois, qui a également égaré 20% du marché local, ne se berce d'aucune illusion de reconquête avec Taxi Europa. «Nous allons peut-être gagner quelques parts de marché, mais ce sera infime», selon Jean Lazega, qui demeure cependant favorable au projet. «C'est une question de solidarité.» L'organe de surveillance de Taxi Services tranchera fin août.

Aussi à Zurich et Bâle

Toutes les centrales utilisant la structure informatique FMS du développeur autrichien Austrosoft, dont les zurichoises Taxi 444, Taxi 7x7 ou encore les bâloises Mini-cab, 33er Taxi et Taxi Zentrale, ont la possibilité d'adhérer à la plateforme Taxi Europa.

Cela n'a rien de révolutionnaire puisqu'il est possible, par exemple, de commander un taxi via cette application mobile depuis 2012 à Genève, soit bien avant l'arrivée d'Uber.

Cependant, rien n'a été entrepris pour promouvoir la solution avant 2019, notamment parce qu'il a fallu la perfectionner. «Ce n'est pas tard. (...) De plus en plus, dans toutes les villes, on constate un retour au taxi officiel proposant des commandes par smartphones», assure Cédric Bouchard. Pour Taxiphone, le taux de réservation en ligne a bondi de 7% à 14% l'année dernière.

Les personnes utilisant les «apps» Taxiphone et Taxi Services ne percevront aucun changement. Les deux centrales utilisent la solution Taxi.eu, livrée en marque blanche et revêtue d'un habillage local. En revanche, leurs applications permettent désormais de réserver une course à Lyon ou à Berlin, auprès de partenaires. Localement, les centrales espèrent ainsi attirer une clientèle de touristes, notamment d'affaires.

Fausse route

Pour Jean Lazega, élever le projet au rang de «Uber des taxis européens» reviendrait toutefois à faire fausse route. D'une part, les centrales connectées au système FMS ne couvrent qu'un nombre restreint de pays, à savoir la Suisse, la France, l'Allemagne, l'Autriche, le Benelux, le Danemark, la Grèce et la République tchèque.

Certaines capitales sont oubliées. «A ma connaissance, Taxi Europa ne pourra pas être opérationnel à Bruxelles, Londres ou Rome», regrette M. Lazega. Dans les petites villes, les acteurs modestes risquent de descendre en marche, par manque d'intérêt. D'autre part, chaque pays - et chaque canton en Suisse - dispose d'une législation différente. «Uber, avec son concept global et identique partout, est presque indéclassable», avertit Jean Lazega. (ats/nxp)

Créé: 26.06.2019, 12h18

La centrale Taxiphone sereine

La centrale Taxiphone doit composer depuis le début de l'année avec une concurrence accrue dans la Cité de Calvin. Face à l'arrivée de l'application VTC (voiture de tourisme avec chauffeur) Kapten et du comparateur de courses Lymo, la société genevoise garde son sang-froid.

«Pour Kapten, nous n'avons pas vu la différence», indique à AWP Cédric Bouchard. Pour le directeur général de Taxiphone, la plateforme française (ex-Chauffeur privé) aura du mal à se différencier face à Uber sur le marché genevois.

Cédric Bouchard tient le même discours vis-à-vis de Lymo, dont le lancement remonte au 10 mai. «Je souhaite bonne chance à tout nouveau venu, mais je crains que les chauffeurs se rendront vite compte qu'il n'est pas possible de travailler à perte», lance-t-il. Le comparateur genevois de courses a dû interrompre son service après trois semaines afin de régler quelques problèmes techniques. Lymo devrait signer son retour en juillet.

Cette plateforme est arrivée sur le marché genevois avec un concept particulier, mêlant VTC et taxis. Selon certaines rumeurs, Taxiphone interdirait à ses affiliés de travailler pour Lymo. C'est faux, tranche Cédric Bouchard, qui reconnait néanmoins que l'absence de coordination entre les deux systèmes peut poser des problèmes de disponibilité des taxis.

Cédric Bouchard est en poste depuis 2014, année de l'arrivée d'Uber à Genève. Il s'est imposé rapidement à Genève comme l'un des plus farouches opposants au géant américain du VTC, qu'il accuse d'«engendrer de la précarité», tout comme Lymo.

Pour sa part, la multinationale américaine a posé plainte contre Taxiphone en 2016, suite à des violences visant les affiliés Uber attribuées par le groupe américain aux chauffeurs de Taxiphone. Cette procédure a été classée sans suite en mai 2017, selon les documents qu'a pu consulter AWP.

Articles en relation

Uber va tester la livraison de repas par drones

États-Unis Le service de réservation de voitures avec chauffeur a obtenu l'accord des autorités pour tester les livraisons de repas par drone en Californie. Plus...

Deux départs majeurs chez Uber

Etats-Unis Uber a remercié deux hauts responsables, un mois après l'entrée en Bourse décevante de l'entreprise américaine. Plus...

Uber a perdu un milliard de dollars au 1T

Etats-Unis Les résultats trimestriels d'Uber jeudi ont rassuré les investisseurs malgré une perte d'un milliard de dollars. Plus...

Uber paie une assurance à ses chauffeurs et coursiers

Suisse Uber offre à ses contractants en Suisse une police d'assurance couvrant notamment la maladie, les accidents et les congés maternité et paternité. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...