Passer au contenu principal

L’UDC caracole en tête des intentions de vote

À deux ans des élections, la force des partis reste stable. Le PDC régresse, les Vert’libéraux progressent.

Si les élections fédérales avaient lieu ce week-end, l'UDC resterait le premier parti du pays, et largement.
Si les élections fédérales avaient lieu ce week-end, l'UDC resterait le premier parti du pays, et largement.
Keystone

On prend les mêmes et on recommence. Selon notre sondage électoral, l’UDC reste le premier parti du pays. Avec 30,8% d’intentions de vote, il affiche même une hausse de 1,4 point par rapport aux dernières élections fédérales. L’écart reste important avec le PS, qui avec ses 18,7% (–0,1) se trouve en deuxième position. Le PLR complète le podium avec 16,4%. Stable, il ne devrait pas réitérer l’exploit d’octobre 2015.

Bien qu’il s’accroche à la quatrième place, le PDC est le parti qui perd le plus de plumes. Avec 9,1% d’intentions de vote (–2,5), il continue sa lente érosion et passe désormais sous la barre des 10%. Plus loin, le Parti écologiste (PES, Verts) affiche 7,4% (+ 0,3), juste devant les Vert’libéraux, qui avec 6,1% réalisent la plus forte progression (+1,5). Le PBD continue à reculer. Il ne convainc plus que 3,7% des électeurs (–0,4).

Comme la marge d’erreur se situe à 1,2 point, seuls trois écarts sont considérés comme significatifs par les politologues Lucas Leemann et Fabio Wasserfallen, qui ont analysé ces résultats: les gains de l’UDC et des Vert’libéraux ainsi que les pertes du PDC.

D’ailleurs, ce sont les deux premiers qui ont cannibalisé l’électorat du troisième. Le sondage montre aussi quelles sont les préoccupations des Suisses. Et ce sont les coûts de la santé qui sortent en premier, cités par 69% des sondés. Un thème sur lequel les partis du centre et de la gauche tentent de capitaliser avec des initiatives sur les primes maladie. Avec raison, puisque c’est leur électorat qui s’y montre le plus sensible.

La prévoyance vieillesse sort en deuxième place (64%). Un résultat pas très étonnant après les longs débats consacrés à l’avenir des retraites. Suivent les relations Suisse-Union européenne (56%), un thème qui préoccupe notamment le PLR, dont est issu le nouveau conseiller fédéral en charge de cette question, Ignazio Cassis. La migration (54%) et l’asile (50%) restent aussi des thèmes importants. Même s’ils n’occupent plus les premières places, ils sont toujours la principale préoccupation des électeurs de l’UDC.

La protection de l’environnement, qui avait fait un bond après l’accident nucléaire de Fukushima en 2011, n’est plus citée que par 37% des sondés. Sans surprise, ce sont les électeurs des Verts et des Vert’libéraux qui s’en soucient le plus. Plus étonnant, des thématiques comme le chômage ou le logement sont reléguées très loin dans ce classement.

Ce baromètre électoral analyse encore la crédibilité des partis. Et à ce petit jeu-là, c’est le PLR qui s’en sort le mieux, devant le PDC, le PS et l’UDC. Plus inquiétant pour les institutions, une majorité n’est pas satisfaite du travail du parlement (55%). Un mécontentement que l’on retrouve surtout auprès des extrêmes: UDC (71%), mais aussi Verts (61%) et PS (52%). Les deux Chambres s’en sortent mieux avec les sympathisants du PLR et du PDC qui, avec respectivement 57% et 53%, jugent favorablement leur travail.

Plus de 20'000 personnes de toute la Suisse ont pris part à ce sondage réalisé en ligne les 4 et 5 janvier sur les sites de Tamedia, en collaboration avec l’institut LeeWas GmbH. Les données ont été pondérées selon des variables démographiques, géographiques et politiques.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.