Passer au contenu principal

L'UDC dit «Non» à Ecopop et à la caisse unique

Les délégués de l'UDC, réunis à Unterägeri (ZG), rejettent l'initiative Ecopop, malgré la régulation de l'immigration qu'elle entraînerait. Sans surprise, ils ont balayé l'initiative socialiste pour une caisse maladie unique.

La caisse unique n'a pas trouvé grâce aux yeux des délégués UDC réunis samedi à Unterägeri (ZG).
La caisse unique n'a pas trouvé grâce aux yeux des délégués UDC réunis samedi à Unterägeri (ZG).
Keystone

Par 298 voix contre 80, l'assemblée réunie à Unterägeri (ZG) a clairement rejeté le texte d'Ecopop exigeant que l'immigration soit limitée de manière à ce que la population permanente n'augmente pas de plus de 0,2% en moyenne annuelle. Le comité central de l'UDC avait balayé ce texte la veille par 49 voix contre 3.

«Attaque contre l'économie»

Le président du groupe parlementaire de l'UDC aux Chambres fédérales, Adrian Amstutz a rappelé que l'initiative du parti «contre l'immigration de masse» a été approuvée le 9 février. «Nous avons un projet concret de mise en oeuvre. Il ne faut pas donner à la Berne fédérale l'opportunité (en cas de «oui» à Ecopop) de renvoyer les deux initiatives dos à dos.»

L'arrivée de requérants d'asile absorberait déjà en bonne partie la limitation rigide de 0,2% d'Ecopop, a déclaré en outre le conseiller national zougois Thomas Aeschi. Cette initiative est donc une «attaque frontale» contre l'économie suisse, car elle empêcherait les entreprises - PME en tête - de recruter de la main-d'oeuvre spécialisée dans l'UE ou dans des Etats tiers.

«Atteinte à la neutralité»

Pas question non plus d'affecter 10% des fonds de l'aide au développement pour soutenir des mesures de planning familial, comme le demande l'initiative. Pour Thomas Aeschi, vouloir contrôler la croissance démographique globale en tant que petit pays est illusoire, prétentieux et une atteinte à la neutralité de la Suisse.

Parmi les partisans d'Ecopop au sein du parti, le président de la section de Würenlos (AG), Thomas Zollinger, a rappelé en vain que les conseillers nationaux de l'UDC avaient approuvé en 2011 à la quasi-unanimité une motion de Walter Wobmann (UDC/SO) reprenant les exigences d'Ecopop. Il a en outre souligné l'«efficacité» des mesures prévues par l'initiative.

«Oui» et «non» le 28 septembre

Les délégués se sont en outre prononcés sur les deux objets des votations fédérales, soumis au peuple le 28 septembre. Sans surprise, ils ont balayé l'initiative socialiste pour une caisse maladie unique et publique par 354 voix contre 3.

Ils ont par ailleurs approuvé l'initiative de GastroSuisse «Stop à la TVA discriminatoire pour la restauration!». Par 357 voix contre une, ils ont largement soutenu le texte réclamant que le taux de TVA pour la restauration (8%) soit abaissé au même niveau que les établissements à l'emporter (2,5%).

Le droit suisse prime: décision le 25 octobre

En ouverture d'assemblée, le président de l'UDC Toni Brunner est revenu sur la possibilité que son parti lance une initiative visant à faire primer le droit suisse par rapport au droit international. Un congrès de l'UDC se prononcera le 25 octobre sur le lancement d'une telle initiative, a annoncé le St-Gallois.

Il a en outre dénoncé l'annulation de l'invitation du président du parlement russe par le président du Conseil national. «C'est un faux signal», a martelé Toni Brunner, tout en félicitant le gouvernement de ne pas avoir approuvé les sanctions de l'UE contre la Russie.

Au cours de l'assemblée, les délégués se sont levés pour applaudir leur président, fêtant en chantant son 40e anniversaire.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.