Passer au contenu principal

Succession BurkhalterL'UDC n'est pas opposée à un Tessinois

Pour succéder à Didier Burkhalter, le président du parti Albert Rösti veut un candidat PLR qui soit proche de ses positions sur l'Union européenne.

Albert Rösti ne veut pas entendre parler d'un PLR «turbo de l'UE».
Albert Rösti ne veut pas entendre parler d'un PLR «turbo de l'UE».
Keystone

L'UDC pose ses conditions à la succession de Didier Burkhalter au Conseil fédéral Si le parti refuse de revendiquer un troisième siège, qui lui est mathématiquement possible d'exiger, il demande en revanche un PLR «qui soit opposé à l'accord institutionnel avec l'UE et aux juges étrangers. Pas question d'un turbo de l'UE», a déclaré Albert Rösti dans une interview parue dans le Blick.

Peu importe au président la provenance du futur élu. «Pour nous, ce qui compte, c'est le positionnement du candidat. Et en cas de positions et de qualités comparables, je donnerai la préférence à un Tessinois par rapport à un Romand ou à un Alémanique.»

Il ne veut pas spéculer sur une éventuelle rocade des départements après l'élection, «la répartition, c'est l'affaire du Conseil fédéral et chaque option est ouverte. Mais il se peut aussi que le DETEC de Doris Leuthard ou le DFJP de Simonetta Sommaruga se libèrent».

Concept de défense aérienne

Interrogé sur le futur avion de combat de l'armée suisse, qui sera du ressort du second conseiller fédéral du parti, le Vaudois Guy Parmelin, Albert Rösti estime qu'une votation populaire est indispensable. «Mais la question est mal posée. C'est sur la nature des forces aériennes que le peuple doit se prononcer.»

Le président de l'UDC pense qu'une votation populaire devrait porter sur tout le concept de protection aérienne, «qui comprendrait les avions de combat mais aussi le système de défense sol-air ainsi que l'enveloppe budgétaire qui y sera associée. Quant aux détails, ce sera aux experts de s'exprimer.»

Albert Rösti se veut très clair pour les coûts. «Nous portons la responsabilité de la sécurité nationale. La variante minimale, qui n'offrirait qu'un apparat de sûreté, est pour moi hors de question.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.