L'UDC n'est pas opposée à un Tessinois

Succession BurkhalterPour succéder à Didier Burkhalter, le président du parti Albert Rösti veut un candidat PLR qui soit proche de ses positions sur l'Union européenne.

Albert Rösti ne veut pas entendre parler d'un PLR «turbo de l'UE».

Albert Rösti ne veut pas entendre parler d'un PLR «turbo de l'UE». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'UDC pose ses conditions à la succession de Didier Burkhalter au Conseil fédéral Si le parti refuse de revendiquer un troisième siège, qui lui est mathématiquement possible d'exiger, il demande en revanche un PLR «qui soit opposé à l'accord institutionnel avec l'UE et aux juges étrangers. Pas question d'un turbo de l'UE», a déclaré Albert Rösti dans une interview parue dans le Blick.

Peu importe au président la provenance du futur élu. «Pour nous, ce qui compte, c'est le positionnement du candidat. Et en cas de positions et de qualités comparables, je donnerai la préférence à un Tessinois par rapport à un Romand ou à un Alémanique.»

Il ne veut pas spéculer sur une éventuelle rocade des départements après l'élection, «la répartition, c'est l'affaire du Conseil fédéral et chaque option est ouverte. Mais il se peut aussi que le DETEC de Doris Leuthard ou le DFJP de Simonetta Sommaruga se libèrent».

Concept de défense aérienne

Interrogé sur le futur avion de combat de l'armée suisse, qui sera du ressort du second conseiller fédéral du parti, le Vaudois Guy Parmelin, Albert Rösti estime qu'une votation populaire est indispensable. «Mais la question est mal posée. C'est sur la nature des forces aériennes que le peuple doit se prononcer.»

Le président de l'UDC pense qu'une votation populaire devrait porter sur tout le concept de protection aérienne, «qui comprendrait les avions de combat mais aussi le système de défense sol-air ainsi que l'enveloppe budgétaire qui y sera associée. Quant aux détails, ce sera aux experts de s'exprimer.»

Albert Rösti se veut très clair pour les coûts. «Nous portons la responsabilité de la sécurité nationale. La variante minimale, qui n'offrirait qu'un apparat de sûreté, est pour moi hors de question.»

Créé: 26.06.2017, 09h08

Articles en relation

Le PLR salue l'engagement de Didier Burkhalter

Suisse À l'occasion de l'assemblée des délégués, la présidente du parti a remercié le conseiller fédéral pour son implication à Berne. Plus...

Burkhalter, la première démission people

La rédaction Judith Mayencourt regrette que le Sage n'ait pas daigné procéder à son bilan. Plus...

Fulvio Pelli: une chance unique d'élire un Tessinois

Démission Burkhalter L'ex-président du PLR estime que si un Tessinois n'est pas élu pour succéder à Didier Burkhalter, il faudra attendre au moins 20 ans pour que l'occasion se représente. Plus...

Le Tessin et plus de femmes au gouvernement

Suisse Pour succéder à Didier Burkhalter au Conseil fédéral, deux tiers des sondés veulent une troisième femme. Le Tessin veut aussi avoir voix au chapitre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...