Passer au contenu principal

L’UDC remet la criminalité sur le tapis

Larguée sur le climat, l’UDC veut en revenir à ses fondamentaux. Elle dénonce l’insécurité en Suisse et les «non-intégrés».

Ballottée sur les enjeux environnementaux, peu lisible sur l’explosion des primes maladie, l’UDC cherche visiblement à changer le curseur. À deux mois des élections fédérales, le premier parti du pays réinvestit un terrain sur lequel il se sent à l’aise: l’insécurité. Son président, Albert Rösti, l’a martelé mardi à Berne, en présentant un nouveau document stratégique: «Notre but pour la prochaine législature est que la Suisse reste libre et sûre.» Or, assure le Bernois, «dans l’espace public, nous sommes proches de l’anarchie». Albert Rösti désigne la cible: «La violence porte un nom: les étrangers mal intégrés. La hausse de la violence en Suisse est importée.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.