L’UDC tourne casaque et soutient la réélection du procureur général Lauber

Ministère public de la ConfédérationLe procureur général de la Confédération va-t-il sauver sa tête? Tout est désormais possible.

Pour Michael Lauber, c’est une excellente nouvelle.

Pour Michael Lauber, c’est une excellente nouvelle. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Retournement spectaculaire mardi à Berne. Le groupe parlementaire UDC, après avoir auditionné Michael Lauber, a décidé majoritairement de soutenir sa réélection au poste de procureur général de la Confédération le 25 septembre prochain. Cela afin «d’assurer la continuité dans la poursuite pénale». L’UDC prend donc la position inverse de celle qu’elle avait adoptée peu avant la recommandation négative de la Commission judiciaire.

Pour Michael Lauber, c’est une excellente nouvelle. Il pourra compter sur la majorité des voix du plus grand groupe parlementaire sous la Coupole. Un soutien précieux qui s’ajoutera à celui, déterminé, du PLR. Le parti de Petra Gössi a déjà fait savoir la semaine dernière, suite à son audition du procureur général, que le Ministère public avait besoin d’indépendance et de stabilité: «Michael Lauber a répondu aux questions du groupe PLR de manière convaincante, si bien que sa réélection a été soutenue par une très grande majorité du groupe.»

Qu’en est-il au PDC? Il n’y a pas de prise de position officielle du parti. Un conseiller national estime cependant que la tendance est plutôt en défaveur de Michael Lauber. Mais cela se joue à du 60% contre 40%. Au PS, qui auditionnera Lauber mardi prochain, soit la veille de l’élection par le parlement, la tendance penche plutôt pour le non. Tout cela signifie que l’élection va se jouer dans un mouchoir de poche.

En cas de score serré, les petits partis peuvent avoir une influence décisive. Jürg Grossen, le président des Vert’libéraux, déclarait mardi matin que son parti n’avait toujours pas arrêté son choix. La décision pourrait tomber mardi prochain. Il en va tout autrement du PBD: s’il n’a pas auditionné Lauber, il sait qu’il votera contre lui. Chez les Verts et les Vert’libéraux, pas encore de position officielle. À titre personnel, Isabelle Chevalley (Vert’lib/VD) soutient Lauber après l’avoir entendu: «Il a été livré à la vindicte populaire sans qu’il puisse vraiment se défendre à cause du secret professionnel.»

D’autres élus ne partagent pas cet avis. Comme Jean-Luc Addor (UDC/VS), qui juge «maigre» le bilan personnel de Lauber à la tête du Ministère public. Le président du PBD, Martin Landolt, n’a pas du tout apprécié l’exercice de communication de Lauber qui, au lieu de reconnaître certaines fautes, s’est enferré dans le déni. Une autre communication fait jaser à Berne: le soutien de la Conférence des procureurs de Suisse. Son président Fabien Gasser a mouillé le maillot en faveur de Lauber en omettant de préciser que ce dernier était son… vice-président.

Les rebondissements dans le feuilleton Lauber se poursuivent donc sur un rythme élevé. Bien malin qui peut dire aujourd’hui si le procureur sera réélu ou non.

Créé: 17.09.2019, 20h48

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.