L’UDF, dernier rempart au mariage pour tous

ZurichLe parti religieux ultraconservateur veut réserver le mariage aux couples hétéros. Une idée qui laisse froids les Zurichois.

L’UDF - ici en assemblée - fonde son programme sur le respect des valeurs bibliques.

L’UDF - ici en assemblée - fonde son programme sur le respect des valeurs bibliques. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des «forces» sont à l’œuvre pour terrasser le mariage. L’Union démocratique fédérale (UDF) en veut pour preuve l’initiative parlementaire des Vert’libéraux en faveur du «mariage pour tous» qui sera débattue sous la Coupole l’an prochain. La section zurichoise du parti a donc lancé une initiative cantonale pour «protéger» l’institution. Le 27 novembre, les Zurichois diront s’ils acceptent d’inscrire dans la Constitution du canton cette définition préventive: le mariage est une «communauté de vie entre un homme et une femme».

«Si on permet à deux hommes ou deux femmes de se marier, on ouvre la voie à la polygamie ou aux unions entre personnes d’une même famille!» s’alarme Heinz Kyburz, l’un des cinq députés UDF au Grand Conseil zurichois. Plutôt que de lancer une initiative fédérale, le parti conservateur, qui ne compte aucun représentant à Berne, a décidé de mener le combat là où il avait des forces.

Ses inquiétudes trouvent toutefois très peu d’écho à Zurich, premier canton à avoir introduit un partenariat enregistré pour les couples de même sexe. Le Conseil d’Etat et l’essentiel des groupes politiques, Parti évangélique et PDC compris, recommandent le rejet de l’initiative. Seule l’UDC la soutient. La page Facebook de l’initiative atteint, elle, à peine 80 «like» au terme d’une campagne très discrète.

«Un Suisse sur sept est contre»

Alors que le mariage pour tous est déjà une réalité dans plusieurs pays d’Europe, un Suisse sur sept se dit en faveur de son introduction en terres helvétiques, selon un récent sondage mandaté par l’organisation Pink Cross. Heinz Kyburz ne fait pas confiance à ces chiffres. Les chances de succès de l’initiative sont réelles, estime l’élu, qui veut encore plus y croire depuis la victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine. «Son élection a montré qu’une partie de la population ne supporte plus la mise en place de politiques libérales. On ne peut pas ouvrir une institution séculaire simplement parce que c’est dans l’air du temps!»

Il y a cinq ans, deux initiatives de l’UDF Zurich contre l’assistance au suicide ont échoué. La politologue Silja Häusermann ne donne pas cher de la peau de ce nouvel essai. «Le texte sera balayé. L’UDF s’adresse à un nombre très restreint d’électeurs pour qui la religion est fondamentale.»

Depuis sa fondation en 1975, ce parti s’est donné comme mission de faire respecter la parole de Jésus. Son programme se base sur la Bible. Né du rapprochement d’anciens membres des Démocrates suisses – parti xénophobe – et de dissidents anticatholiques du Parti évangélique, jugé pas assez conservateur, l’UDF pourfend notamment l’avortement, l’adoption par les couples homosexuels et la théorie du genre.

Thèmes à contre-courant

Ses idées lui ont permis de percer dans des cantons alémaniques protestants. Ils sont cinq députés à siéger sous ses couleurs à Berne et en Thurgovie. De ce côté de la Sarine, en revanche, l’UDF ne compte actuellement aucun représentant à l’échelon cantonal. Elle revendique 2000 membres romands. «C’est un parti extrêmement minoritaire, qui est condamné à le rester, analyse Silja Häusermann. L’UDF aborde des thèmes de société qui ne sont plus d’actualité sur l’agenda politique. Et sur les questions plus larges, l’UDC occupe déjà le terrain.»

L’UDF attend justement beaucoup du soutien des démocrates du centre zurichois lors du vote du 27 novembre. Et se met à voir plus loin: «En cas de succès, nous pourrions lancer une initiative fédérale pour protéger le mariage», avance Heinz Kyburz. Secrétaire romand de l’UDF, l’Yverdonnois Walter Müller surveillera de près le résultat de la votation. «C’est compliqué d’aller à contre-courant. Le christianisme n’a pas beaucoup de souffle en ce moment. Mais une victoire à Zurich pourrait nous inciter à lancer une initiative similaire.»

Reste qu’une définition restrictive de l’union civile pourrait avoir une durée de vie limitée. Si le mariage entre couples du même sexe est introduit au niveau fédéral, le canton de Zurich et d’autres qui auraient éventuellement suivi devraient s’adapter au droit supérieur. (24 heures)

Créé: 17.11.2016, 18h35

Articles en relation

Mariage: le conseil des Etats s'accroche aux témoins

Coutume Pas question de supprimer l'obbligation de se marier devant témoins. Les sénateurs ont décidé de maintenir cette tradition. Plus...

Les pacsés Levrat et Müller torpillent l’initiative PDC

Votation sur le mariage Les deux présidents antagonistes s’unissent et proposent leur solution sur la pénalisation du mariage. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 11 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...