Passer au contenu principal

UE: les régions frontalières défendent la Suisse

Des présidents de régions limitrophes à la Suisse estiment que le non-renouvellement de l'équivalence boursière crée une dynamique négative entre la Suisse et l'UE.

La lettre des présidents de région a été adressée au président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker et mise en copie à sa successeure, Ursula von der Leyen.
La lettre des présidents de région a été adressée au président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker et mise en copie à sa successeure, Ursula von der Leyen.
Keystone

Neuf régions des pays limitrophes de la Suisse appellent Bruxelles à faire preuve de compréhension à leur égard. Après le différend sur l'équivalence des marchés boursiers, elles mettent en garde contre une spirale négative, qui pourrait porter préjudice à l'accord-cadre.

La lettre en anglais, envoyée le 2 septembre et que Keystone-ATS a pu se procurer, est adressée au président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker et mise en copie à sa successeure, Ursula von der Leyen. Elle a été signée par neuf présidents régionaux d'Allemagne, de France, d'Italie et d'Autriche à l'initiative du Bade-Wurtemberg, a indiqué la «Neue Zürcher Zeitung» mercredi.

«Source de grande préoccupation»

Aucune critique n'est adressée à la Commission européenne. Les récents développements cependant sont «une grande source d'inquiétude», écrit le ministre-président du Bade-Wurtemberg Winfried Krestchmann. La Suisse est tenue de respecter les règles en vue de l'accord-cadre, le traité étant qualifié de «juste et équilibré». Toutefois, le non-renouvellement de l'équivalence boursière crée une dynamique négative entre la Suisse et l'UE, poursuit-il.

Les présidents régionaux craignent qu'un rejet par référendum de l'accord-cadre ne sape la base des traités bilatéraux - avec des conséquences économiques négatives pour les régions voisines. Ils soulignent ainsi que la Suisse, en tant que démocratie semi-directe, doit accorder une attention particulière à l'inclusion de tous les groupes concernés. Ils préconisent donc plus de compréhension: «Il est important de réagir avec prudence et de donner à la Suisse suffisamment de temps pour associer tous les groupes sociaux.»

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.