Ueli Maurer veut prendre le Brexit en marche

Royaume-UniUeli Maurer a répété dans les colonnes du «Financial Times» tout le bien qu'il pensait du Brexit.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le patron du Département fédéral des finances (DFF) Ueli Maurer a couvert d'éloges la Grande-Bretagne pour son Brexit à accomplir. a loué le courage des Britanniques dans les colonnes du Financial Times lundi, a relevé le Tages-Anzeiger.

Le Conseiller fédéral se dit convaincu que le Royaume-Uni se développera «très positivement» hors de l'Union Européenne et qu'il pourra compter sur ses points forts que sont ses hautes écoles et ses services financiers.

Un «Britzerland»?

Il compare la situation avec celle de la Suisse, y voyant «peut-être une chance» pour les deux pays. La main tendue de la Confédération envers Londres n'est pas passée inaperçue à Berne, certains n'ayant pas oublié la boutade de Boris Johnson. Le champion du Brexit devenu entretemps ministre des Affaires étrangères évoquait un «Britzerland»...

Le bon mot de Boris Johnson n'avait suscité aucun commentaire au Royaume-Uni mais il avait fait miroiter beaucoup d'étoiles dans les yeux de certains UDC proches d'Ueli Maurer.

Concurrence fiscale

Le Conseiller fédéral n'est toutefois pas naïf, car il sait que la marge en-dehors de l'UE est limitée. Si Londres veut abaisser son taux d'imposition pour les entreprises et devenir une espèce de paradis fiscal aux portes de l'UE, le Royaume-Uni pourrait vite se transformer en gros rival de la Suisse.

«Ceci nous préoccupe un peu», a-t-il reconnu dans le Financial Times, car trop de concurrence fiscale entre les oasis pourrait faire se tarir les rentrées d'argent.

Demande de flexibilité

Ce problème devra donc être discuté entre les deux pays mais en attendant, Ueli Maurer ne cache pas sa joie de voir la Grande-Bretagne quitter l'Union Européenne. «L'UE ne peut plus perdre d'autres pays, sinon elle perdra sa stabilité.»

Il attend donc de Bruxelles qu'elle se montre plus flexible pour répondre aux inquiétudes de ses états membres sur la libre-circulation et sur l'immigration. Sinon, d'autres victoires des populistes sont à prévoir en Europe dans les années à venir, prédit-il.

La stratégie «mind the gap» à l'oeuvre

De quoi bien disposer Londres envers Johann Schneider-Ammann, qui sera vendredi à Londres pour y aborder ouvertement les relations commerciales avec le Royaume-Uni, a annoncé le Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR). Cette rencontre intervient deux jours après le déclenchement du Brexit par Theresa May.

Dans le cadre de la stratégie dite «mind the gap» (littéralement «attention à l'écart») du Conseil fédéral, il s'agit de parvenir à un régime de remplacement avec le Royaume-Uni «dans les meilleurs délais», en particulier concernant le commerce, souligne le DEFR. Le chef du département s'entretiendra avec les ministres britanniques du Commerce extérieur, Liam Fox et de l'agriculture, Andrea Leadsom.

La Suisse entretient d'étroites relations commerciales outre-Manche. En 2016, le Royaume-Uni représentait le 5e marché d'exportation de marchandises (à hauteur de 11,4 milliards de francs) et le 8e marché d"importation (6,4 milliards).

Créé: 29.03.2017, 11h38

Articles en relation

Le maire de Londres espère ne pas être «puni»

Brexit «Un mauvais accord sur le Brexit qui pénalise Londres pénaliserait également l'UE», a estimé Sadiq Kahn mardi. Plus...

Brexit, ce que l'on sait

Union européenne Résumé des prochaines étapes du divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. Plus...

Nouveau référendum sur l'indépendance autorisé

Ecosse Le vote des députés écossais en faveur d'un nouveau référendum sur l'indépendance intervient la veille du déclenchement du Brexit. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...