Ueli Maurer vivra une deuxième présidence loin des tapis rouges

DiplomatieL'élection du ministre UDC à la tête de la Confédération passera inaperçue mercredi. Pour son plus grand bonheur.

À 68 ans, Ueli Maurer semble aborder sa deuxième présidence comme un non-événement.

À 68 ans, Ueli Maurer semble aborder sa deuxième présidence comme un non-événement. Image: VQH/YVAIN GENEVAY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y a six ans jour pour jour, une question taraudait les travées du parlement fédéral: quel serait donc le score d’Ueli Maurer, cet UDC pur sucre, ce polémiste en chef, pour sa première élection à la présidence de la Confédération? Aujourd’hui, la question ne se pose plus. Il ne fait aucun doute qu’Ueli Maurer sera élu ce mercredi matin à la présidence de la Confédération. Et il le sera sans doute plus confortablement qu’en 2012, où il n’avait obtenu que 148 voix sur 202.

«Je voterai pour lui, affirme sans détour le conseiller national Manuel Tornare (PS/GE). Il n’a pas été un bon ministre de la Défense mais il est un bon ministre des Finances. Il a fait beaucoup de progrès et est devenu moins doctrinaire.»

Les critiques se sont tues. Pour autant, à 68 ans et tout doyen du Conseil fédéral qu’il soit, Ueli Maurer semble aborder sa deuxième année présidentielle comme un non-événement. D’abord, il ne fêtera pas. Le quotidien «Blick» dévoilait l’information à la mi-novembre: Ueli Maurer n’a «pas envie» d’une grande réception dans son Oberland zurichois. Il se contentera d’un petit apéro avec les représentants de son canton et de sa commune de Hinwil (ZH) au Palais fédéral ce mercredi. L’attention politique et médiatique sera d’ailleurs focalisée sur l’élection des deux nouveaux (ou probablement nouvelles) ministres.

«Ueli Maurer estime qu’on l’a déjà fêté lors de sa première présidence. Il montre aussi un exemple de la manière dont on peut réduire les coûts des Cantons, explique Albert Rösti, président de l’UDC. Mais cela ne signifie pas qu’il ne veut pas représenter la Suisse!»

Il fuit les tapis rouges

Mais à Berne, personne n’est dupe. L’anecdote en dit long sur le rapport aux honneurs et aux obligations qu’entretient Ueli Maurer. Et après neuf ans de gouvernement, le Zurichois ne semble plus se sentir obligé de suivre le protocole à la lettre. Contacté, le département d’Ueli Maurer ne donne aucun renseignement par rapport à d’éventuelles visites d’État. Il le fera en temps voulu, indique-t-il. Ueli Maurer n’a pas non plus fixé de thème pour son année présidentielle. Et il se contentera d’un collaborateur à temps partiel pour le seconder dans ses tâches.

De là à dire que le Zurichois appréhende ses nouvelles fonctions comme une corvée, il y a un pas qu’Albert Rösti refuse de franchir. «Il se réjouit de faire fonctionner le collège afin d’atteindre des buts pour le pays. C’est finalement la priorité d’un président de la Confédération, davantage que la représentation à l’étranger. Comme président de l’UDC, puis comme conseiller fédéral, Ueli Maurer n’a jamais cherché les tapis rouges. Il a toujours été modeste.»

«On sait que les déplacements l’amusent peu. Mais il devra peut-être faire un effort sur lui-même. Pendant un an, il ne représentera pas que lui!»

Entre un Alain Berset et ses 21 voyages à l’étranger en 2018 et un Ueli Maurer et sa détestation des honneurs en 2019, la présidence de la Confédération vivra un contraste brutal. Mais les parlementaires s’en accommodent. «Dès lors que les institutions prévoient un changement de présidence chaque année, il est réjouissant que chaque conseiller fédéral ait son style, qui reflète son tempérament», estime Olivier Feller (PLR/VD). Il ajoute: «Probablement que le président idéal n’est ni celui qui ne voyage jamais ni celui qui adore serrer la main des puissants de ce monde.» Le conseiller national observe d’ailleurs que «Didier Burkhalter s’entendait bien avec son homologue russe, Sergueï Lavrov suite à son année présidentielle en 2014. Ça n’a pas empêché la Russie de venir nous espionner quatre ans plus tard.»

Dominique de Buman (PDC/FR), qui sort d’une année de présidence du National, estime qu’au besoin Ueli Maurer devra «se faire un peu violence». «On sait que les déplacements l’amusent peu. Mais il devra peut-être faire un effort sur lui-même. Pendant un an, il ne représentera pas que lui!» Le socialiste Manuel Tornare prend acte du fait qu’Ueli Maurer axera sa présidence vers l’intérieur du pays. Il formule un seul souhait: «Qu’il soit le président de tous et pas un chef de parti.»

Ira-t-il jusqu’en 2023?

En 2013, la campagne sur l’achat des avions de combat Gripen avait phagocyté l’année présidentielle d’Ueli Maurer et terni son bilan à la Défense. En 2019, il devra défendre un autre gros morceau: le paquet liant la réforme de la fiscalité des entreprises et l’AVS, qui passera sans doute au vote en mai. Le conseiller fédéral UDC y joue une bonne partie de son bilan, après plusieurs échecs mortifères dans les urnes. Mais une victoire ouvrirait aussi les spéculations sur son départ à la fin de la législature actuelle. «Il a toujours dit qu’il s’en irait à la fin d’une législature, souligne Albert Rösti. Mais pas avant 2023, j’espère.»

Créé: 04.12.2018, 19h51

Articles en relation

Ueli Maurer va succéder à Alain Berset

Conseil fédéral L'UDC Ueli Maurer présidera la Confédération en 2019. L'Assemblée fédérale l'a brillamment élu par 201 voix sur 209 bulletins valables. Il succède au socialiste Alain Berset. Plus...

Contre l’UDC, Maurer vole au secours du compromis fiscal

Réforme fiscale et financement de l’AVS Le ministre des Finances a soutenu mordicus le «deal» PS, PDC et PLR. Les autres partis ont crié en vain à la tromperie. Plus...

Pour sauver le Projet fiscal 17, Maurer joue son va-tout, le congé paternité

Projets Le choix tactique du chef du Département fédéral des finances ne convainc pas du tout les milieux économiques. Plus...

L’UDC presse Maurer de rempiler au Conseil fédéral

Succession S’il reste après 2019, le Zurichois pourrait devenir le premier ministre de plus de 70 ans depuis Pierre Graber en 1978. Un scénario crédible. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.