Passer au contenu principal

«Cette unanimité pour Sion 2026 est précieuse»

Le Parlement du sport soutient la candidature olympique portée par les cantons du Valais, de Vaud, de Fribourg et de Berne.

Ravi du soutien à la candidature «Sion 2026», le président du comité Jean-Philippe Rochat se montre serein face aux éventuels scrutins populaires.
Ravi du soutien à la candidature «Sion 2026», le président du comité Jean-Philippe Rochat se montre serein face aux éventuels scrutins populaires.
Keystone

Le monde sportif helvétique roule à fond derrière Sion 2026. Mardi soir, suivant l'avis du comité exécutif de Swiss Olympic, le Parlement du sport a dit oui à l'unanimité au projet portée par les cantons du Valais, de Vaud, de Fribourg et de Berne. Avec le même enthousiasme, il a aussi débloqué dans la foulée un crédit de 8 millions. Interview de Jean-Philippe Rochat, président du comité de candidature.

Comment réagissez-vous à ce plébiscite du Parlement du sport? Ce résultat est précieux pour la suite.Cette unanimité n'était pas gagnée. Pour des fédérations d'été, le fait d'apporter leur soutien total à une manifestation de cette ampleur qui va entraîner des coûts, et sans doute des privilèges pour les sports d'hiver, ce n'était pas évident. Ce qu'on a vu mardi soir, c'est un signal de solidarité et de cohésion du monde sportif suisse pour une grande manifestation qui est assez remarquable.

Vous avez convaincu le monde sportif. Il faudra désormais convaincre le monde politique, et sans doute aussi la population. Il n'y avait pas de conviction possible de la population sans d'abord une conviction claire du monde sportif. Ce premier objectif est atteint. Et cela vaut aussi pour le monde politique, qui - grâce à ce signal - sera sans doute plus enclin à voler au secours de la victoire.

Qui doit avoir son mot à dire sur ce projet? La population des cantons concernés, ou celle de toute la Suisse? De façon générale, il faut un enthousiasme de la population. Il est possible qu'il s'exprime par le biais d'un vote. Ce qu'on ne peut pas changer, ce sont les constitutions. Les populations ne pourront voter lorsque les cantons auront décidé d'une participation aux frais d'organisation. On y verra plus clair à partir du 31 juillet en fonction de la demande présentée à la Confédération, puis à partir du 30 septembre lorsqu'on connaîtra montant accepté par le Conseil fédéral. Moi je suis pour un grand débat sur ce thème. Il est indispensable, et il ne me fait pas peur. Notre candidature a de très bon arguments.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.