Passer au contenu principal

L’Uni de Genève se mobilise contre le renvoi d’un étudiant

Le Tchétchène aurait dû obtenir son Bachelor en 2017. Arrêté, il court un réel danger en Russie selon ses avocates.

Etudiant assidu, Dagun est inscrit à la Faculté des lettres, où professeurs et étudiants œuvrent pour sa libération.
Etudiant assidu, Dagun est inscrit à la Faculté des lettres, où professeurs et étudiants œuvrent pour sa libération.
Steeve Iuncker-Gomez

La prochaine session d’examens de l’Université pourrait se tenir sans lui. Dagun, 24 ans, Tchétchène d’origine, est actuellement en détention à Frambois dans l’attente d’un vol spécial vers la Russie. Prévu «dans la seconde quinzaine du mois de décembre» selon la procédure, le décollage en direction de Moscou pourrait être imminent. «Il y a urgence, on ne peut pas fermer les yeux», avertissent Mes Aude Baer et Magali Buser, qui ont multiplié les recours aux décisions de justice ces dernières heures. Elles craignent l’accueil de la police russe à l’arrivée de l’étudiant, lui qui s’est régulièrement exprimé publiquement en faveur de l’indépendance de la Tchétchénie. Pour ses avocates, «il est en danger!» Fait rare, l’Université s’agite également.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.