Passer au contenu principal

SuisseUnia et le SSP en faveur de la réforme des retraites

Les délégués d'Unia et du SSP ont décidé de soutenir le texte sur la prévoyance vieillesse. Ils ne lanceront pas de référendum sur le sujet.

Illustration, Keystone

Unia et le SSP se rangent derrière la réforme de la Prévoyance vieillesse 2020 approuvée par le Parlement. Les syndicats renoncent finalement à lancer un référendum malgré la hausse de l'âge de la retraite pour les femmes.

Réunis en assemblée samedi, les délégués des deux syndicats ont vivement débattu sur le texte. Le vote a été serré du côté du Syndicat des services publics (SSP), avec 22 voix contre 19, indique ce dernier dans un communiqué.

Unia ne donne en revanche pas le score du vote. Mais pour beaucoup de délégués, il a été difficile d'approuver le texte, déclare son porte-parole Philipp Zimmermann. Le relèvement à 65 ans de l'âge de la retraite des femmes est dur à avaler pour les deux syndicats. Les femmes paient ainsi le prix fort de la réforme, «un élément très négatif» du projet d'Alain Berset, fait savoir Unia dans son communiqué.

Ce dernier a chargé l'Union suisse syndicale (USS) d'examiner le lancement d'une initiative populaire pour ancrer rapidement dans la Constitution des mesures efficaces afin d'atteindre l'égalité salariale. Progrès importants

Néanmoins, la réforme apporte des progrès considérables. Pour la première fois depuis des décennies, les nouvelles rentes seront augmentées, soulignent les deux syndicats. Le renforcement de l'AVS est aussi un signe politique important, car c'est le pilier le plus stable de la prévoyance vieillesse, selon Unia. L'AVS est reconduite dans une stabilité financière avec des chiffres noirs, note pour sa part le SSP.

Autre point positif pour les syndicats: la meilleure couverture des bas revenus au travers de la prévoyance professionnelle. «Un pas significatif» a été franchi en permettant aux salariés au chômage dès 58 ans de rester dans leurs caisses de pension et de conserver le droit à la rente.

Le SEV et Syndicom ont déjà annoncé qu'ils soutiendraient la réforme d'Alain Berset. L'USS, la faîtière des syndicats, se réunira vendredi prochain en assemblée des délégués pour donner sa position sur la réforme. Son président Paul Rechsteiner, l'un des architectes de la réforme, s'est déjà réjoui du compromis adopté par les Chambres.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.