Unia veut préserver les nerfs des travailleurs

SantéUne étude révèle l’étendue du stress professionnel. Le syndicat exige la fin des attaques contre la loi sur le travail.

Vania Alleva s'inquiète d'une déréglementation de la loi sur le travail

Vania Alleva s'inquiète d'une déréglementation de la loi sur le travail Image: JEAN-PAUL GUINNARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Le stress est la nouvelle maladie des bureaux.» Tels sont les mots de Nathalie Imboden, membre de la direction du secteur tertiaire d’Unia. C’est elle qui a commenté hier les résultats d’un sondage mené par le syndicat sur le stress au travail. Le tableau est plutôt sombre: 70% des participants se sentent sous pression (voir ci-dessous) . Des personnes démotivées, exténuées, nerveuses ou encore physiquement affaiblies.

«Les situations de stress peuvent engendrer davantage d’accidents, reconnaît Jacques-François Holtz, médecin du travail à la Suva. Il peut par exemple en résulter des troubles du sommeil qui conduisent à une baisse de l’attention. Le burnout, la dépression ou les troubles musculo-squelettiques peuvent aussi trouver leur origine dans le stress, même s’ils ne sont pas reconnus en Suisse comme des maladies professionnelles.»

Le stress au travail a-t-il augmenté ces dernières années? «Les ports de charges ont diminué notamment grâce à la mécanisation et l’automatisation, mais, dans le même temps, les machines vont plus vite. Avec la pression du rendement, les critères de production et de contrôle de qualité, ainsi que les nouvelles technologies de communication et d’information (e-mail, smartphone par ex.), le stress a plutôt tendance à augmenter.»

5,7 milliards

Le stress et les maladies qui en résultent ne causent pas seulement de la souffrance humaine, mais coûtent aussi aux employeurs. Citant une autre étude «Job Stress index 2016», Christine Michel, spécialiste de la protection de la santé chez Unia avance le chiffre de 5,7 milliards par an sous forme de perte de productivité liés aux problèmes de santé.

Pourtant des solutions existent. «Il y a des programmes de réduction du stress dans les entreprises, explique Brigitta Danuser, directrice de l’Institut universitaire romand de santé au travail. Ils passent par une augmentation de la marge de manœuvre au travail avec plus de pauses, de flexibilité, un soutien de la part des collègues ou de la hiérarchie, des tâches claires et un meilleur style de conduite. Il faut que les autorités appliquent une politique antistress claire; et surtout, se donnent les moyens de la contrôler.»

Davantage de contrôles, c’est aussi ce que recommande Unia, mais pas seulement. Le syndicat s’appuie sur ce sondage pour s’opposer à deux initiatives parlementaires qui visent à assouplir la législation en matière de saisie et de durée du temps de travail. «Toutes deux cherchent à vider de leur substance les dispositions relatives au temps de travail et constituent à ce titre une attaque directe contre la protection de la santé des salariés», tonne Vania Alleva, présidente d’Unia.

Modernisation

Auteure d’un des deux textes, Karin Keller-Sutter (PLR/SG) se défend. «Il faut moderniser la loi sur le travail héritée en partie de l’ère industrielle. Elle ne correspond plus à la situation actuelle de nombreux travailleurs. Il nous faut une législation moderne qui s’applique aux besoins réels de l’économie.» Concernant le risque de générer davantage de stress, elle rappelle que depuis 2016 les cadres qui touchent plus de 120'000 francs par an et qui sont au bénéfice d’une convention collective de travail ne sont plus obligés d’inscrire leurs heures. «Cela signifie qu’ils seraient moins stressés que les autres?»

Piqué au vif, Vania Alleva rétorque. «Cette exception était un compromis. Aujourd’hui, on veut aller beaucoup plus loin. Si elles sont acceptées, ces initiatives pourraient concerner plus de la moitié des travailleurs. Ça va vraiment trop loin.»

Créé: 16.01.2017, 19h47

70% des Suisses stressés au bureau

En Suisse, plus d’un employé sur deux (54,4%) se sent «souvent» stressé au travail. Ils sont même 15,4% à l’être «toujours». Ces chiffres ressortent de l’enquête présentée hier par le syndicat Unia. Le sondage a été effectué en ligne, l’automne dernier, auprès d’employés de bureaux.

Près de 600 personnes y ont participé, dont une large majorité de femmes. La principale cause de stress est le «travail contre la montre», cité par près de 60% des participants. Suivent «les interruptions fréquentes» et «la pression à la performance».

L’enquête montre aussi que les deux tiers des employés estiment ne pas avoir suffisamment de temps pour accomplir leur tâche. Les résultats révèlent enfin que la gestion de la santé et la prévention du stress ne sont pas à l’ordre du jour dans la moitié des entreprises.

Autre conclusion, les normes du droit du travail (enregistrement du temps de travail, compensation des heures supplémentaires, etc.) ne sont pas systématiquement respectées. L’amélioration du style de gestion du personnel figure parmi les domaines dans lesquels une intervention de l’entreprise est souhaitée. Cette mesure est citée par plus de 50% des répondants.

Articles en relation

La gauche n’est pas emballée par une loi sur le télétravail

Suisse Face à l’essor du «home office», la droite veut moderniser la loi. Fausse bonne idée? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.