«L’Union des paysans vous ment de façon effrontée»

EnvironnementLes initiants «Pour une eau potable propre» accusent l’USP d’empoisonner les consommateurs avec l’argent des contribuables

Épandage de lisier

Épandage de lisier Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Franziska Herren, membre du comité de l’initiative «Pour une eau potable propre», n’a pas du tout apprécié la conférence de presse de ce mardi matin tenue par l’Union suisse des paysans (USP). Celle-ci estime son initiative dangereuse et contre-productive pour toute la population suisse. Une affirmation qui fait bondir Franziska Herren. «L’USP ment à la population de façon effrontée. Avec les pesticides, le purin et les antibiotiques, les paysans empoisonnent notre environnement, qui plus est avec les paiements directs. Nous ne voulons plus de cela». Interview.

Franziska Herren, Membre du comité de l’initiative. Photo: Keystone

L’USP dit que les paysans font déjà beaucoup pour l’environnement. Ils ont baissé leur utilisation en pesticides. Ils qualifient votre initiative «d’extrême». Cette initiative n’est pas extrême! Nous consommateurs, nous ne voulons tout simplement plus verser des subventions aux paysans pour être empoisonnés! Les paysans bio donnent l’exemple que c’est possible. On peut travailler sans pesticides chimiques. Ces derniers produisent des dégâts immenses à l’environnement. Les paysans traditionnels n’en font pas assez. La pollution des eaux est énorme et augmente en Suisse. La Confédération veut même relever massivement les barèmes de tolérance sur le glyphosate.

L’USP voit dans votre initiative un splendide autogoal. Si les paysans choisissent de renoncer aux paiements directs, ils pourront faire de l’agriculture intensive à fond les manettes. C’est faux. Même leur étude le dit. Les paysans renoncent plutôt à l’élevage intensif car ils sont tenus de respecter la loi. L’USP ment en avançant cet argument. Elle ne manque vraiment pas de toupet. Elle ferait mieux de former ses membres à une agriculture respectueuse de l’environnement.

Un paysan fribourgeois, qui a 4200 poulets, raconte qu’il serait obligé de stopper son exploitation. Et donc que la Suisse importera plus de poulets étrangers dont on ne contrôle pas la qualité. Nous importons 1,2 million de tonnes de fourrage par année. Cet éleveur utilise pour son élevage de poulets 70% de fourrage provenant de l’étranger. Cela provoque énormément d’émissions d'ammoniaque. Ce qui amène beaucoup de nitrates dans les eaux qui détruisent à leur tour la biodiversité. L’élevage industriel en Suisse ne peut se faire sans une utilisation élevée d'ammoniaque et d’antibiotiques. Cela est dommageable pour la santé des gens. Nous ne devrions avoir en Suisse uniquement les animaux que nous pouvons élever avec notre propre fourrage. Sinon, c’est mieux qu’ils soient élevés à l’étranger.

L’eau suisse serait préservée mais nous aurions moins de garanties sur la viande produite à l’étranger. Avec les scandales alimentaires qu’on a vécu en Europe, est-ce une bonne idée? N’aurait-on pas de la viande plein d’antibiotiques? Ecoutez, je dois vous dire d’abord que la Suisse est championne d’Europe pour donner des antibiotiques à ses vaches laitières. Un poulet sur deux en Suisse développe désormais des résistances aux antibiotiques. Nous avons un vrai problème avec nos élevages. Et puis il faut changer de perspective. Quand nous importons du fourrage, nous détruisons les forêts vierges. Puis nous détruisons notre propre écosystème avec les émissions d'ammoniaque. Il faut arrêter avec ces élevages intensifs contraires à la loi, que nous finançons de surcroît avec notre argent. La viande suisse est produite à 50% avec du fourrage étranger. Elle est basée sur un mensonge. La solution, c’est de manger moins de viande ou de veiller à ce que le fourrage existe là où les animaux sont élevés. Il faut le dire aux consommateurs. Car cette paysannerie productiviste nous ment.

Créé: 07.05.2019, 18h42

Articles en relation

«Sommes-nous prêts à payer une eau de qualité?»

Pollution Pour l’hydrologue François Münger, il est surtout urgent de responsabiliser les consommateurs. Plus...

Qu’est-ce qui pollue les eaux souterraines en Suisse?

Environnement Les stations de mesure de la Confédération livrent des données précieuses sur les substances chimiques présentes dans notre principale source d’eau potable. Plus...

Les paysans suisses démolissent l’initiative pour une eau propre

Environnement L’USP estime que l’interdiction des pesticides et antibiotiques aurait des conséquences dramatiques pour toute la population. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.