Passer au contenu principal

Rail 2035L'Union des transports publics veut le Lötschberg

L'organisation faîtière des transports publics estime que l'aménagement du tunnel permettra d'augmenter la productivité du trafic marchandises.

Le tunnel du Lötschberg ne fait pas partie du programme initial de Rail 2025.
Le tunnel du Lötschberg ne fait pas partie du programme initial de Rail 2025.
Keystone

L'Union des transports publics (UTP) soutient globalement le projet d'investissements ferroviaires 2035. A l'instar des cantons, la branche des transports réclame toutefois des améliorations, a-t-elle indiqué à la presse mercredi.

L'organisation faîtière des transports publics exige que l'aménagement partiel du tunnel de base du Lötschberg soit compris dans le programme. Cela permettrait d'augmenter la productivité du trafic marchandises, tout en facilitant les rénovations prévues d'ici 2040. Enfin, ces travaux posent les jalons pour la cadence à la demi-heure envisagée entre Berne et Brigue.

L'UTP réagit à la proposition du Conseil fédéral concernant le financement de nouvelles infrastructures d'ici 2035. Elle approuve sur le fond l'enveloppe de 11,5 milliards présentée par Doris Leuthard vendredi dernier. Ces investissements sont nécessaires, étant donné l'évolution de la demande, estime la faîtière.

Cadence au quart d'heure

L'organisation souhaite toutefois que l'offre soit étoffée et que la cadence à la demi-heure devienne la règle. Elle préconise même une cadence au quart d'heure pour les tronçons les plus chargés. Concernant le transport de marchandises, des distributions express devraient être réalisables partout en Suisse, selon l'UTP.

Les aménagements devraient être effectués là où la clientèle en bénéficiera le plus. Ceux-ci doivent toutefois rester abordables, pour les usagers comme pour la Confédération et les cantons. Aussi les coûts subséquents pour l'infrastructure et le trafic régional devraient-ils être calculés avant la décision politique définitive.

Technologies à développer

La branche est cependant consciente que l'étape d'aménagement 2015 ne résoudra que les problèmes de capacités et de demande les plus urgents. Seul le recours à de nouvelles technologies permettra d'augmenter encore les capacités.

Or le financement de tels développements n'est pas compris dans cette étape d'aménagement, relève l'organisation. Elle insiste sur l'impératif de trouver rapidement un financement durable pour le remplacement des technologies existantes par de plus récentes.

Si l'offre s'est sensiblement développée depuis les années 1980, de nombreuses lignes ont atteint les limites de leurs capacités, relève l'UTP. Or la demande devrait encore progresser d'ici 2040, selon les prévisions, de 51% pour le trafic voyageurs et de 45% pour le transport de marchandises.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.